La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Bosse du géranium : Autobiographie de Stéphane Schoebel à la troisième personne

octobre 2013 | Le Matricule des Anges n°147 | par Anthony Dufraisse

La Bosse du géranium : Autobiographie de Stéphane Schoebel à la troisième personne

Le bossu de Notre-Dame n’a qu’à bien se tenir. Il a un sérieux concurrent en la personne de Stéphane Schoebel. Lui aussi pourrait dire : « touchez ma bosse, monseigneur ». La sienne, de bosse, n’est pas située au même endroit que celle de la créature hugolienne ; elle se trouve « à l’arrière du crâne, juste à côté de celle des maths ». La bosse du géranium, elle s’appelle. À ne pas confondre avec la « bosse du rhododendron, qui n’a absolument rien à voir ». Ce Schoebel vous paraît bizarre ? Il l’est. Et son autobiographie, car c’est de cela qu’il s’agit ici, ne saurait être qu’à son image : farfelue. Du reste, en ouverture, une note nous avertit de l’irréalisme du récit : « Merci de ne pas y prêter attention et de vous laisser emporter par le souffle picaresque qui le traverse de part en part ». Si on respecte à la lettre cette recommandation, c’est vite réjouissant, Thomas Baumgartner, producteur à France Culture, excellant dans le genre allumé et pince-sans-rire. Son personnage, Schoebel, roule donc sa bosse à travers une existence que sa graphomanie le pousse à mettre en mots dans un de ses « 32 569 cahiers de 96 pages chacun ». Des extraits nous permettent de cerner un peu mieux ce bonhomme plus flou que fou ; « historien de l’intime », « scientifique singulier » ou « sociologue sauvage », il est tout cela à la fois. Surtout, c’est un mélancolique qui se soigne entre deux « sautes chronologiques et géographiques », comme on dirait sautes d’humeur. Sur fond de zigzag narratif, on le retrouve à siroter des Martini en pensant à des « histoires d’ex » ou dans la peau d’un conférencier se livrant à des interventions fleuve dignes des plus sidérantes performances de l’art contemporain. Et encore, ce n’est là qu’un aperçu de la vie de ce drôle de zig, qui a tout du gag ambulant. C’est un genre de Mr Bean évoluant dans un théâtre de l’absurde. Ou plutôt c’est Dada réincarné, tendance caméléon. S’il avait eu la bosse des maths, ce Schoebel aurait sans doute été bien moins marrant.

Anthony Dufraisse

La bosse du géranium
Thomas Baumgartner
Hermann, 98 pages, 16

Le Matricule des Anges n°147 , octobre 2013.
LMDA papier n°147
6.50 €
LMDA PDF n°147
4.00 €