La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Dans l’esprit d’Idaho

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151 | par Thierry Guinhut

Un sale gosse que chacun malmène, du père à la ville entière. Voilà ce qu’est Idaho. Seule la petite Madison sait l’aimer, avant que ses pieds soient dévorés par des molosses dressés contre celui que l’on surnomme « La Patate ». Tout est foncièrement immoral, élevant le harcèlement au rang de devoir.
Bientôt l’auteur lui révèle qu’il est sa créature, qu’il est responsable de son abominable venue au monde. « Le cercle de guérison », « la rédemption » n’ont pas lieu comme prévus. Le personnage parvient à se « venger cruellement » de son créateur en l’enfermant. S’il s’en sort, c’est pour entrer dans un « écran », où les citadins vieillis sont « sans destin ». Quant à l’auteur, qui en appelle au lecteur, il ne sait plus s’il est dans son livre, lorsqu’apparaissent « les Chauve-mères », ou lorsque le « conseiller d’orientation » devient narrateur. Entre « les instables et les Marcheurs aux limites de la lumière », le labyrinthe narratif devient « une forme de mythologie », un clin d’œil ironique à l’univers de Lovecraft. Nous sommes dans l’esprit d’Idaho, dans un « vidéoclip » qualifié de « pop-punk ». « Quelle est la clé d’or, la noble révélation, la chose, qui ramènera ces gens chez eux ? Il faut nécessairement qu’il y ait une dimension symbolique ». Car ils se changent en patates… N’est-ce qu’un cauchemar ? Ce bref roman de Tony Burgess est étonnant : de l’hyperréalisme au fantastique, la figuration du mal embrasse l’humanité. L’apparition de l’auteur manipulateur et manipulé ancre le récit dans un postmodernisme totalement fantaisiste, dans la tradition de l’écrivain américain John Barth. L’« incontrôlable machine à réalité » s’emballe. Le conte noir merveilleux a quelque chose de gothique. On ne sait s’il faut le lire comme tombé de la main de Borges au pays des mangas, comme un traité de narratologie, ou comme une belle billevesée…

Thierry Guinhut

Idaho winter
Tony Burgess
Traduit de l’anglais (Canada) par Christophe Bernard
Les Allusifs, 152 pages, 12

Dans l’esprit d’Idaho Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4,00 €