La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’œuvre du silence

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151 | par Chloé Brendlé

Dans un roman au croisement de la fiction et du biographique, Leopoldo Brizuela convoque quelques fantômes de la longue nuit de la dictature argentine.

La Nuit recommencée

On connaissait de lui Angleterre, une fable et Le Plaisir de la captive, tous deux publiés chez Corti, et récits pour le moins romanesques nous entraînant en Terre de feu, à la poursuite d’une femme condamnée ou sur les traces d’une troupe de théâtre. C’est sur une piste policière que semble d’abord nous amener son nouveau récit, La Nuit recommencée. Mais foin de pittoresque, le cambriolage furtif dont sont victimes les Chagas semble d’abord voué à se dissoudre dans l’oubli et la médiocrité d’un quartier sans histoires de La Plata. Pas pour leurs voisins : le narrateur et sa mère sont, chacun à leur manière, l’un bavard, l’autre quasi mutique, sur le qui-vive. L’un et l’autre sont les seuls en effet à savoir, tout au fond d’eux, ce qui se rejoue là, à plus de trente ans d’intervalle, alors que la paranoïa de la dictature a fait place aux démons de l’insécurité.
C’est petit à petit, par cercles concentriques que Leo, double de l’auteur, va s’approcher de l’événement, ou plutôt, du non-événement, qui a marqué sa jeunesse et ne cesse de hanter son écriture. Frustrante cette quête qui ne peut aboutir qu’à l’intangibilité du réel, à la fadeur des mensonges, à la pâleur des survivants : on se retrouve plutôt du côté de Patrick Modiano et de ses intrigues à encre sympathique que du côté de Ricardo Piglia, maître du roman noir argentin ; La Nuit recommencée pourra en lasser certains. À rebours du pèlerinage de mémoire et d’une conception naïve de l’Histoire, Leopoldo Brizuela creuse les non-dits sans renoncer aux incertitudes, aux latences, à l’ambiguïté d’une lâcheté qui s’avoue (et avoue son désir d’absolution, de rédemption par la littérature). Son entreprise de mise au jour de la mémoire, d’élaboration du témoignage de ceux qui ne témoignèrent pas s’inscrit dans une progression lente, minutieuse, mais in fine, vertigineuse : l’adulte se noie dans ses souvenirs, l’enfant n’en finit pas de jouer au piano et de regarder, incrédule complice, son père.
Au royaume de l’euphémisme, les phrases décollent peu à peu de la banalité qu’elles affichent (« Ils sont entrés chez nous dans la nuit de samedi à dimanche. », « Mais tu ne te rends pas compte que cette maison ne peut être la seule ? Qu’il est impossible que nous soyons les seuls à ne pas être inquiétés ! ») et s’ouvrent sur un mystère irrésolu. Ou comment l’on a pu passer de l’univers tranquille d’un quartier bourgeois aux cellules de l’ESMA (École supérieure de mécanique de la Marine), haut lieu de la torture des années Videla. Ou pourquoi les victimes déçoivent toujours. Où l’auteur tourne autour d’une photo d’enterrement et de groupe en noir et blanc.

Chloé Brendlé


La Nuit recommencée
Leopoldo Brizuela
Traduit de l’argentin par Gabriel Iaculli,
Seuil, 284 pages, 21

L’œuvre du silence Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4,00 €