La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Sauver la peau

mai 2014 | Le Matricule des Anges n°153

Cette nouvelle pièce de David Léon est comme le deuxième opus d’Un Batman dans la tête, un de ses précédents textes qui racontait le suicide d’un jeune garçon aux prises avec la folie. Une pièce en forme de cri dont la lecture nous frappait de plein fouet. Cette fois-ci, nous plongeons plus en avant dans cette histoire tragique, en découvrant que le jeune garçon avec un Batman dans la tête est en fait le frère de l’auteur. Une citation de Marguerite Duras en guise de préface : « Je ne parviens à me libérer de moi que dans deux cas : par l’idée du suicide et par celle d’écrire. » Puis un court extrait d’un essai d’Harold Searles : L’effort pour rendre l’autre fou. Ou donner corps à la notion de meurtre psychologique qui n’existe pas encore juridiquement. David Léon va faire des liens entre les différents carcans qui emprisonnent et rendent fou, le carcan familial hétérosexuel mais aussi le carcan de soin, institutionnel. La pièce démarre sur une lettre de démission. D’un poste d’éducateur. C’était le premier métier de David Léon. « M. Le directeur. J’ai. L’honneur. De vous informer. Par la présente. Que. “Je” suis. Démissionnaire. De mes fonctions. Educatives. Que j’exerce. Depuis le “telle date” (…) ».
La langue est d’emblée hachée, hachurée, entrecoupée, arrêtée. Avec ce « Je » qui n’arrive pas à se dire sans guillemets. Comme s’il était trouble. « Le. “Je”. Est. toujours. Un verre brisé » écrit David Léon. Sauver la peau nous plonge au cœur du processus de la littérature. De l’impérieuse nécessité d’écrire qui naît d’une mise en chaos originelle. Une façon de sauver la peau, quand il est impossible de sauver sa peau. La peau malade. « Si vous ne mettez pas. Votre. Peau. Sur la table. Vous. N’avez. Rien. » ajoute David Léon en citant à sa façon Céline.
Sauver la peau est une polyphonie. Un objet théâtral prêt à exploser aux oreilles. L’endroit de la scène suscite une question, à savoir comment être à la mesure de cette matière incandescente.

L. Cazaux

Sauver la peau
David Léon
Espaces 34, 52 pages, 12

Le Matricule des Anges n°153 , mai 2014.
LMDA papier n°153
6.50 €
LMDA PDF n°153
4.00 €