La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Vies Arides

juillet 2014 | Le Matricule des Anges n°155 | par Chloé Brendlé

Alors que réapparaissent sur nos écrans les images troublantes de São Bernardo, adaptation cinématographique du roman éponyme de Graciliano Ramos, les éditions Chandeigne proposent une nouvelle traduction du recueil de nouvelles de ce grand auteur brésilien, Vidas secas. Là où São Bernardo épouse le destin d’un paysan devenu par obstination et aveuglement propriétaire d’une fazienda, Vies arides s’attache aux scènes fragmentaires mais hautement significatives de la vie d’une famille (un vacher, sa femme, leurs enfants, la chienne) soumise aux caprices de la sécheresse.
Parues en 1937, au début de la dictature de Getúlio Vargas et au terme d’une année d’emprisonnement, ces nouvelles s’ancrent dans un même territoire dénué d’exotisme mais pas totalement d’épopée (fût-elle dérisoire), le Nordeste, et se distingue par ses silences, sa façon de rendre compte avec une attention et une concision extrêmes des séismes intérieurs de ses personnages, qu’ils soient hommes ou animaux. Fabiano, Sinha Vitória et les leurs tentent au jour le jour de survivre, à la ferme où le hasard et la faim les ont jetés comme à la ville où ils ne dominent rien. Triomphe un sentiment de transition infinie, d’attente du pire, de la mauvaise rencontre, d’errance continuelle et cyclique, une vulnérabilité en suspens – notre empathie en tension. La dimension tragique du livre est à la fois désamorcée et accentuée par de brèves notations tantôt amères tantôt humoristiques qui font des personnages des parents pauvres de Don Quichotte (c’est Fabiano qui se rêve matamore – « Oui monsieur » se dit-il à lui-même en permanence – et reste la proie de ses doutes ; c’est Sinha Vitória regrettant le moulin de Monsieur Tomás et rêvant d’un lit nouveau). Finalement, il n’y a que la chienne (l’inoubliable Baleine) qui éprouve des « sentiments révolutionnaires », inspirée par un coup de pied et envoyée au paradis par un coup de feu.

Chloé Brendlé

Vies arides,
de Graciliano Ramos
Traduit du portugais par Mathieu Dosse
Chandeigne, 161 pages, 20

Le Matricule des Anges n°155 , juillet 2014.
LMDA papier n°155
6.50 €
LMDA PDF n°155
4.00 €