La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Simon en mémoire

septembre 2015 | Le Matricule des Anges n°166 | par Thierry Cecille

Europe N°1033 (Claude Simon)

Né en 1913, Claude Simon est mort en 2005. Alors que d’aucuns s’étonnèrent lorsque le jury Nobel lui attribua, en 1985, un prix qu’ils n’étaient pas loin de juger élitiste, Simon, depuis, n’a cessé de susciter l’intérêt et l’admiration. Pour lui, nul purgatoire : la publication, sous la direction d’Alastair Duncan, des deux volumes de la Pléiade, en 2006 puis 2013, en témoigne. La revue Europe, à son tour, pour les dix ans de sa mort, explore avec sagacité les territoires de Simon. Se succèdent ici des études de portée générale – thématiques par exemple – et d’autres consacrées à des œuvres particulières.
Claro joue cartes sur table : peut-être serait-il nécessaire de lire Simon « comme relevant de – nécessitant – l’épreuve de la traduction ». En effet, « la prose de Claude Simon, parce qu’écrite dans une langue inédite qui a – peut-être – gardé du latin un sens inné de l’équilibre, une langue qui semble se nourrir dans son mouvement même de la dynamique du déchiffrement, nous oblige à vivre sa lecture comme on progressait naguère dans les pages de Tacite ou de Juvénal, subjugués ». C’est à une telle lecture attentive, comme mot à mot, qu’il se livre, tentant de rendre compte de cet « œil interne  » (comme on parle d’oreille interne) qui rend possible les descriptions si magistrales qui forment souvent le cœur des récits de Simon. Patrick Longuet, lui aussi, s’intéresse à la phrase simonienne, au phrasé plus précisément, que l’écrivain élabore (par la reprise syntaxique, la ponctuation, la recherche lexicale) pour traduire les perceptions du corps, d’un « corps tramé de correspondances, celles établies à son insu par la mémoire, celles obtenues par le travail de l’image ». Images, ainsi, que ces paysages divers qu’analyse Jean-Yves Laurichesse : ferroviaires, automobiles ou aériens, ils correspondent à des modes de saisie différents du réel que le narrateur s’efforce d’appréhender. C’est bien, d’après Dominique Viart, à une sorte d’ « anthropologie élémentaire » que se livre Simon : pour réinventer un humanisme d’après Auschwitz, son œuvre est « élémentaire  » « dans les deux sens du terme : elle se prend aux détails et s’attache aux éléments  ». Ruines et murs couverts de graffiti, par exemple, sont des motifs que Simon photographe recherche – deux études s’intéressent ici à ce pan complémentaire de son travail. Certaines, enfin, nous incitent à la (re)lecture d’œuvres toujours susceptibles d’éclairages nouveaux : ainsi Christine Genin fait-elle l’hypothèse qu’Histoire (1967) serait tout entier « un roman autour d’un trou noir » : le suicide de Renée Clog, la première épouse de Simon, qui se donne la mort en 1944, après avoir appris la liaison de Simon avec une jeune modèle de 18 ans…

Thierry Cecille

Europe N°1033 (Claude Simon), 364 pages, 20

Simon en mémoire Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°166 , septembre 2015.
LMDA papier n°166 - 6.50 €
LMDA PDF n°166 - 4.00 €