La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sous influence

septembre 2015 | Le Matricule des Anges n°166 | par Franck Mannoni

Il y a de la lande dans le roman noir de Jérôme Leroy, de la brume et du sang, des idées et de la violence. Jugan, après dix-huit années passées en prison, la plupart en quartier de haute sécurité, réapparaît à Noirbourg, dans le Cotentin. Un narrateur intrigué, professeur de collège, dresse le portrait de cet homme dangereux, au « cynisme glacé », à l’« amertume sarcastique ». En retraçant l’histoire de cet activiste de gauche, qui a versé dans le terrorisme et le grand banditisme, l’auteur balaie vingt-cinq ans de lutte sociale européenne. Le programme révolutionnaire d’Action Rouge, le groupe de Jugan, rappelle évidemment les Brigades Rouges italiennes et la Bande à Baader allemande : « Le vent pacificateur de la furie prolétarienne et de la lutte armée devait balayer cette société pourrie. » Une trajectoire explosive, jusqu’à la fin d’Action Rouge : assassinats ciblés, braquages de banque pour se financer, puis démantèlement après une guerre ouverte menée par les services secrets. Mais Jugan n’est pas qu’un hors-la-loi, il est aussi une icône. Atrocement défiguré, il présente « un masque de chairs boursouflées, violacées, avec cette incessante suppuration près de l’oreille droite qu’il tamponnait régulièrement en prenant des mouchoirs en papier ». Horrible, il séduit. La jeune Assia devient sa chose. Mais, comme auparavant, tous ceux qui gravitent autour de Jugan sont amenés à disparaître…
Jérôme Leroy a nimbé ce drame social de références directes à l’œuvre de Jules Barbey d’Aurevilly, jusqu’à certains noms de rues. Les paysages désolés, nocturnes et « dumeux », les Gitans et les superstitions que les personnages leur attribuent, sont autant d’hommages à L’Ensorcelée. La trajectoire d’Assia, broyée par une passion mortifère, évoque Mme de Mendoze et la pure Hermangarde d’Une vieille maîtresse. Autant de clés de lecture pour une œuvre à tiroirs, mystérieuse et inquiétante.

F. M.

Jugan, de Jérôme Leroy,
La Table ronde, 214 pages, 17

Sous influence Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°166 , septembre 2015.
LMDA papier n°166
6.50 €
LMDA PDF n°166
4.00 €