La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Histoire d’amour

octobre 2015 | Le Matricule des Anges n°167 | par Patrick Gay Bellile

Les années d’apprentissage d’un jeune comédien au Théâtre des Amandiers, au temps de Patrice Chéreau.

Enfants de Chéreau : Une école de comédiens

Il est mort le 7 octobre 2013. Il avait 68 ans. Rarement dans le monde du théâtre un homme aura été aimé comme il l’a été. Il y avait les metteurs en scène, et puis il y avait Patrice Chéreau. En 1982, le ministère de la Culture lui confie la direction du Théâtre des Amandiers à Nanterre. Il va en faire l’un des hauts lieux de la création théâtrale. Un lieu magique où la scène vit et respire en grand, où la musique, le texte, l’architecture, la lumière, se mettent au service du théâtre, du cinéma et de l’opéra pour tenter de créer les conditions d’un art total. Une de ses premières décisions est d’ouvrir aux Amandiers, une école de comédiens. Une école éphémère, elle ne durera que six ans, soit le temps de deux promotions, mais une école singulière : les élèves s’y trouvent directement intégrés à l’équipe du théâtre. Ils ne sont pas des élèves au sens scolaire du terme, installés face à des professeurs, mais déjà des acteurs travaillant avec des metteurs en scène, des scénographes et des décorateurs. Une école où la transmission n’est pas l’apprentissage de techniques diverses et indispensables, mais la découverte d’une manière de travailler, d’un rapport au monde fait d’urgences et d’exigences. Ces jeunes vont très vite rencontrer des metteurs en scène de renom, et affronter des scènes prestigieuses. Le programme de la première année est en ce sens éloquent : « Peu ou pas de cours magistraux, un enseignement essentiellement empirique, des projets qui déboucheront nécessairement sur des représentations publiques, du concret et rien d’autre. » Et les projets sont d’envergure : création de trois spectacles qui seront donnés au Festival d’Avignon, stage de six semaines aux États-Unis et réalisation de deux films sous la direction de Jacques Doillon et de Patrice Chéreau. Quarante-trois élèves se succéderont dans cette école avant que Patrice Chéreau ne quitte les Amandiers, remplacé par Jean-Pierre Vincent qui supprimera l’école. Et parmi les élèves de la deuxième promotion, Marc Citti, qui publie aujourd’hui ce que furent ces années Chéreau, de 1986 à 1989.
Le lecteur apprend peu de chose sur la façon de travailler, sur les méthodes des différents intervenants, sur les exercices pratiqués. Mais il suit avec bonheur l’épanouissement d’un jeune homme et la vie d’une équipe perçue à travers son regard tendre et bienveillant. Alors bien sûr, Marc Citti et ses compagnons, parmi lesquels Agnès Jaoui, Valeria Bruni-Tedeschi, Vincent Pérez sont des privilégiés. Il le reconnaît d’ailleurs lui-même, c’est une chance inouïe d’avoir été choisi et il ne nie pas le côté « enfants gâtés à qui tout est permis » de cette génération de comédiens. Mais à Nanterre sont nés des compagnonnages, des amitiés, et des fidélités durables. Et c’est à toute une équipe que Marc Citti rend hommage. Il nous fait revivre pas à pas ce que furent ces années d’apprentissage. Des années folles, où le désir, le plaisir d’être ensemble et l’enthousiasme de cette jeune génération balayent les doutes et les angoisses. Mais ce livre est avant tout une déclaration d’amour faite à un homme qui a traversé le théâtre et la vie comme une étoile filante. « Patrice ne mange pas, il dévore. Patrice ne nous embrasse pas, il nous étreint puissamment, avec force et brièveté. Patrice accomplit tout vite, passionnément, dans une course incessante contre l’ennui, la médiocrité et la mort. Il déteste la nostalgie, lui préférant la mélancolie active, le désespoir furieux, là où même dans la détresse, les forces vitales viennent se nicher. » Des projets toujours plein la tête et dans les poches, s’intéressant aux gens, dissimulant mal ses angoisses mais les transformant en une folle envie de vivre, Patrice Chéreau a marqué cette génération de comédiens. Et Marc Citti s’en souvient.
Patrick Gay-Bellile

LES ENFANTS DE CHÉREAU, une école de comédiens de Marc Citti
Actes Sud-Papiers, 176 pages,15

Histoire d’amour Par Patrick Gay Bellile
Le Matricule des Anges n°167 , octobre 2015.
LMDA papier n°167 - 6.50 €
LMDA PDF n°167 - 4.00 €