La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Münchhausen ?

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Laurence Cazaux

Lire Fabrice Melquiot, c’est comme prendre l’air du large, ça tonifie, ça vivifie, ça ouvre l’horizon et l’espace. Dès la première page, nous chavirons dans un ailleurs jubilatoire. Münchhausen est malade, il a le syndrome qui porte son nom, caractérisé par un besoin de simuler une maladie dans le but d’attirer l’attention ou la compassion. Son fils, car l’auteur imagine qu’il a un fils du nom de « Moi », vient lui rendre visite à l’hôpital, il est accueilli par la réplique suivante : « Grimpe donc, rejeton pâle en short à pois, au destin vague et vaguelettes, à la bave prompte à m’asseoir au milieu du gué ! Grimpe et lève le poing ! ». Et ce jour-là, le fils n’en peut plus, « je n’en peux plus de te rendre visite et de faire semblant de partir pour l’Égypte ou la Russie, pour la Lune ou le centre de la Terre, je n’en peux plus de voir des cyclopes là où il y a un téléviseur, (…) et que tu puisses prendre une gélule ou un comprimé pour un boulet de canon ça me rend fou tu comprends ». C’est le moment que choisit le père pour mourir en évoquant la mère de « Moi », dans sa maison blanche et bleue près du rocher de Gibraltar. « Moi » et son ami, « Mon seul pote », vont alors partir pour Gibraltar, accompagnés du fantôme de Münchhausen, d’une infirmière et de « L’Inconnu au bataillon ». Avant d’arriver à destination, ils vont bien évidemment faire quelques détours par la Lune ou l’intérieur de l’Etna. Au cours de ce voyage, le fils va renouer avec la fantaisie et la possibilité de réinventer le réel. « En quoi l’imagination, le fantasme, le mensonge (peut-être) sont-ils les premiers outils de vérités à venir ? s’interroge Fabrice Melquiot. Et si ce qui est imaginé aujourd’hui est prouvé demain, comment transmettre aux enfants, à la jeunesse, le goût de l’invention, cette faculté d’agir au-delà de lois préétablies, de protocoles identifiés, de cadres étouffants ? » Il nous invite, comme Münchhausen, à être au meilleur de nous-mêmes : « Je vous veux volontaires et fous, je vous veux puissants et joueurs, je vous veux insolents, révoltés, sauvages et nobles à la fois, vous dépassant comme jamais ! » Joli programme.
L. C.

MÜNCHHAUSEN ?
DE FABRICE MELQUIOT
L’Arche / Am Stram Gram, 90 pages, 11

Le Matricule des Anges n°169 , janvier 2016.
LMDA papier n°169 - 6.50
LMDA PDF n°169 - 4.00