La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sur la route

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Thierry Cecille

Nous regardions le cheval toujours étendu sur le flanc. On lui avait jeté une couverture dessus et seules dépassaient ses pattes d’insecte, son cou terriblement long au bout duquel pendait la tête qu’il n’avait même plus la force de soulever, osseuse, trop grosse, avec ses méplats, son poil mouillé, ses longues dents jaunes que découvrait un retroussis des lèvres. Seul l’œil semblait vivre encore, énorme, douloureux, terrible, et reflétés par la surface luisante et bombée, je pouvais nous voir, nos trois silhouettes déformées en demi-cercle, se détachant sur le fond lumineux de la porte de la grange dans une sorte de brouillard légèrement bleuté, comme un voile, une taie qui déjà semblait se former, embuer le terrible regard de cyclope myope, intolérable, affreusement doux, affreusement accusateur. » Face à ce cheval mourant, le soldat Claude Simon pressent la mort qui attend les combattants français que la débâcle, bientôt, viendra surprendre. Dans cet œil presque clos, le narrateur, à cet instant crucial, fait l’expérience d’une sorte de fraternité pathétique, d’entremêlement de l’animalité et de l’humanité que la phrase simonienne rend à merveille. En 1958, deux ans avant la publication de La Route des Flandres, Maurice Nadeau, qui a toujours soutenu Claude Simon, publie dans sa revue Les lettres nouvelles cet admirable fragment d’une cinquantaine de pages. Cette belle édition (saluons la qualité de la maquette aussi bien que la richesse de la postface de Mireille Calle-Gruber) nous permet donc de découvrir quelques épisodes de la drôle de guerre, mettant en scène, autour de ce cheval tragique, des soldats déboussolés, au bout de la nuit et de l’épuisement, des officiers ridicules, des paysans cupides ou soupçonneux. C’est que Simon, ici encore, veut dépeindre, avec la force d’évocation qui le caractérise, « les éternelles, atridesques et sauvages passions qui errent sans fin à la surface du monde ».
Thierry Cecille

LE CHEVAL
DE CLAUDE SIMON,
Les éditions du Chemin de fer, 96 pages, 14

Sur la route Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°169 , janvier 2016.
LMDA papier n°169
6.50 €
LMDA PDF n°169
4.00 €