La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire La Cina

février 2016 | Le Matricule des Anges n°170 | par Éric Dussert

Contrairement à la littérature régionaliste d’autrefois qui peut souvent se lire sans filtre, la littérature coloniale de la première moitié du siècle dernier réclame d’être éditée avec beaucoup d’attention. Dans le cas du roman La Cina de l’Académicien Louis Bertrand (1866-1941), homme de lettres dans toute la splendeur de la formule (imaginez un Jean d’Ormesson de l’époque), il y aurait eu lieu d’être prudent, d’autant que le personnage était caractérisé par sa grande vanité et ses « convictions idéologiques furieuses » (Becq de Fouquières).
Ayant vécu neuf ans en Algérie, Louis Bertrand tira d’Afrique du Nord une part solide de son œuvre, souvent lumineuse et forte, montée sur des notations saisies sur natures et une orgie de couleurs. Ceci dit, Bertrand, qui se fit le biographe louangeur d’Adolf Hitler au cours des années 1930, qui évoque les « sciences biologiques » dans son préambule, n’est pas d’une pièce et son roman « pied-noir » qui décrit les cercles antisémites d’Algérie et dénonce la sauvagerie politique d’alors aurait gagné à être annoté sérieusement. Ce récit d’un parcours politique est en effet un gros morceau de l’histoire de l’Algérie et méritait quelques égards supplémentaires pour replacer les figures d’alors (Gerente, etc.) et rendre à son personnage principal, Michel, des perspectives que le temps a effacées. Si l’on souhaitait en faire le moins possible, il eût été préférable de rendre aux lecteurs Pépète le bien-aimé (1904) du même Louis Bertrand. C’est une très belle histoire de maquereau algérois qui se comprend sans annotation.
Éric Dussert


LA CINA, roman pied-noir
DE LOUIS BERTRAND
Marivole, 392 pages, 20 e

Le Matricule des Anges n°170 , février 2016.
LMDA PDF n°170
4.00 €