La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Mathieu Larnaudie
Canon à neige

avril 2016 | Le Matricule des Anges n°172 | par Thierry Guichard

C’est à partir d’interrogations que le désir du monde engendre, que Mathieu Larnaudie écrit des livres sensibles et intelligents. Dans un cheminement constant, pour être toujours en devenir.

L’écriture, chez Mathieu Larnaudie, naît d’une pensée qu’elle engendre aussitôt, l’une et l’autre se nourrissant dans le désir d’appréhender, plus profondément, le monde où l’on est né. L’homme, de même, déploie une parole qui s’interroge et aussitôt précise le sens de ce qu’elle a voulu dire. La dynamique est en marche, et ce, d’autant plus facilement qu’elle déplie devant elle autant de territoires à explorer, autant de champs à sonder, presque géologiquement : de quoi est constituée l’histoire dont nous sommes les enfants ? Mathieu Larnaudie ne pérore pas, de professe pas. Il progresse dans ses interrogations et ses hypothèses dans la complicité qu’il établit aussitôt avec son interlocuteur, avec le public qui vient l’écouter lors d’une rencontre. Dans la pensée, il ne semble jamais marcher seul…

Mathieu Larnaudie, on a l’impression que vos romans répondent à une interrogation intellectuelle qui leur préside, là où d’autres écrivains partiraient d’une expérience voire d’une émotion. Comment naissent vos projets de livres ?
J’aimerais bien vous dire qu’il n’y a pas de règle et que le mouvement de l’écriture peut commencer de n’importe où et de maintes façons différentes, mais je suis en effet obligé de constater un cheminement récurrent, qui vaut, je crois, pour tous les livres que j’ai faits jusqu’à présent. Ils répondent d’abord à une question, ou à un ensemble de questions, que j’appellerais, à défaut d’autre mot, philosophiques, mais en donnant à ce terme un sens un peu confus, buissonnier, en marge en tout cas de la noble discipline que son acception académique désigne. Il me semble toutefois que ces interrogations ne sont jamais purement intellectuelles, qu’elles sont également de l’ordre de l’expérience et de l’émotion. C’est d’ailleurs parce qu’elles s’apparentent à des sortes de leitmotive intérieurs, qui font retour régulièrement, de façon tantôt lancinante, tantôt plus impérieuse, qu’elles deviennent l’objet autour duquel se cristallise le désir d’écrire. C’est ce retour même, obstiné, qui me désigne la nécessité que, pour moi, portent ces interrogations.
Elles m’accompagnent, se précisent, se reformulent peu à peu, elles infusent parfois pendant des années, de façon souterraine puis de plus en plus claire, pressante, et au bout d’un moment je ne peux plus leur échapper. Alors il faut bien que je m’en occupe, que je cherche un peu ce qui se joue là-dessous, et à leur faire sort, c’est-à-dire à leur donner une forme. Mais ça ne suffit pas : car il faut qu’une rencontre ait lieu, il faut une étincelle, une friction, une perturbation, un clinamen. Je ne sais plus où j’ai lu récemment que les flocons de neige se constituaient à partir d’une impureté flottant dans l’air, et que les particules d’eau glacée s’agrégeaient à cet élément contingent pour tisser ces formes merveilleuses, tellement subtiles, aux ramifications infimes et complexes. J’ignore ce qu’il en est de la validité scientifique de cette...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°172
6.50 €
LMDA PDF n°172
4.00 €