La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Une métaphore enrichie

avril 2016 | Le Matricule des Anges n°172 | par Camille Cloarec

Les retrouvailles de deux amis, après des années de séparation, remuent souvenirs et tabous. Derrière ces deux personnages aux parcours denses, Zia Haider Rahman questionne les rapports entre Orient et Occident, la douleur de l’exil, la confrontation à l’autre. Une brillante évocation des enjeux de notre société contemporaine.

A la lumière de ce que nous savons

L’on devine sans peine que les personnages de Zia Haider Rahman ne sont pas étrangers à son propre vécu. Anglais né dans une région rurale du Bangladesh, ce dernier, après être passé par Oxford et Yale, a exercé à Wall Street avant de se reconvertir dans la défense internationale des droits de l’homme. Zafar et le narrateur, dont les voix alternent au cours du récit, partagent une obsession pour la réussite et une blessure profonde liée à l’origine. C’est d’ailleurs cette notion d’ancrage qui fonde leurs vies, et structure le roman. Ainsi les préjugés, les humiliations et les provocations parsèment leurs parcours respectifs. Toute la force de ces évocations réside dans de petits détails : « c’est le souci de représenter les détails qui m’a le plus occupé, les détails, pour être précis, de son histoire, qui est – au risque de le formuler dans des termes dramatiques que Zafar désapprouverait – l’histoire de la dispersion des nations, de la guerre au XXIe siècle, d’un mariage au sein de l’aristocratie anglaise et des mathématiques de l’amour », déclare le narrateur. Ce résumé initial annonce un périple exaltant à travers notre monde contemporain, déchiré par l’ostracisme et l’ambition.
Rien n’est linéaire dans l’écriture de Zia Haider Rahman. Les épisodes sont entrecoupés de digressions et d’introspections qui déstructurent toute univocité. L’ellipse est employée avec une belle habileté. Cette fragmentation, ces oublis génèrent une tension romanesque très construite. « J’en vins à discerner que les histoires confluaient, comme les rivières de son enfance descendant des montagnes, des forêts et des plaines, effectuant un long parcours depuis leurs sources mais finissant par s’unir au sein d’un même chant, d’une harmonie de lieu et de temps », réalise le narrateur. Les villes traversées (Kaboul, Dacca, Islamabad) et les milieux évoqués (financier, scientifique, aristocratique) sont étayés de références précises. De même, chaque chapitre s’ouvre sur plusieurs citations, qui convoquent Pavese, Baldwin ou encore Conrad. La littérature, l’Histoire et les mathématiques se rencontrent, et font d’À la lumière de ce que nous savons une somme tout à la fois épique, anthropologique et savante.
La colère est l’un des protagonistes du récit. En effet, la grande érudition dont font preuve les personnages et l’auteur, en démultipliant leurs expériences, prend une forme de revanche. Elle est la hargne devant les affronts répétés, la souffrance accumulée. La fureur face à un monde en proie au chaos, entre menace terroriste, crise boursière et matérialisme vain. Devant l’incertitude grandissante qui plane sur notre avenir, le narrateur se remémore le théorème d’incomplétude de Gödel, selon lequel « à l’intérieur de n’importe quel système donné, il existe des assertions qui sont vraies mais dont la vérité ne peut être démontrée ». Ce confondant aveu d’impuissance, si souvent oublié, éclaire les limites humaines. Une impossibilité de connaître, de...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°172
6.50 €
LMDA PDF n°172
4.00 €