La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger À poings fermés

mai 2016 | Le Matricule des Anges n°173 | par Dominique Aussenac

Dans un premier recueil de sept nouvelles brutales, Colin Barrett évoque la difficulté d’être jeune et pauvre dans l’Irlande d’aujourd’hui.

Certains écrits sur la jeunesse, caractérisant ce moment trouble, paroxystique, juste avant le passage à l’âge adulte pourraient être un genre littéraire fortement masculin et anglo-saxon. De l’Irlandais James Joyce à l’Anglais Denton Welch en passant par l’Australien Kenneth Cook ou l’Américain Bret Easton Ellis… Tous décrivent les affres, les dérives comportementales de jeunes mâles en proie au doute, à l’absence de reconnaissance, à la peur de la sexualité, à celle de s’assumer… Répondant à ces problématiques par des réponses violentes, tourmentées, pouvant conduire à une mort brutale voire un suicide.
Colin Barrett, né en 1982, a vécu dans le comté de Mayo, sur la côte ouest irlandaise, balayée par d’incessantes perturbations océaniques. Peu importe, la plupart de ses nouvelles se déroulent la nuit dans des pubs très agités.
Jeunes loups, le titre français, paraît assez réducteur par rapport à l’original, Young Skins. Jeunes peaux ou À fleur de peau conviendraient mieux tant cette fine membrane est ici toujours en jeu. Dans tous les excès de violence, de sexe, de frustration, d’ivresses systématiques et mal assumées, de défonces… Pas de garde-fou, les pères, toujours absents, enfuis, alcooliques, chômeurs…, les mères assurant de précaires îlots de sécurité. Certes des stéréotypes, mais ce qui fait la force de Colin Barrett, c’est justement d’aller au-delà du cliché, de tracer des lignes de fuite, des échappatoires poétiques, incongrues, parfois tendres et empreintes d’une sorte de grâce, de lumière. Il entremêle les trames narratives, construit, déconstruit. Ce qui induit un relief, une densité singulière, une patine qui trouble ceux qui prétendent résumer ses récits denses, extrêmement mouvementés.
« Le petit Clancy » plante le décor : « Ma ville, vous n’y êtes jamais allé mais vous voyez le genre : un rond-point à la sortie d’une route nationale, une zone industrielle, un cinéma cinq salles, un siècle de pubs contenu dans les moins de deux kilomètres carrés de sa surface urbanisée. » Sur fond de rivalité amoureuse, d’une très jeune mère à la sexualité erratique, de paternité, d’enfant enlevé par un groupe de lesbiennes allemandes, il semble dresser de fausses pistes ? La violence est latente. On se toise, s’invective. Le récit se termine par la rencontre avec des enfants. L’un se prétend roi, empêche le passage d’un pont brinquebalant. Les deux voyous se prêtent au jeu. Un ange passe. Dans « L’appât », Matten Judge confie sa déconvenue amoureuse d’avec la très originale Sarah. Son timide cousin Teddy suit la jeune femme dans la forêt où celle-ci le viole avec une comparse. « Encore des rires. Je n’aurais jamais pu dire qui des deux avait chantonné, qui continuait à se marrer. Mais s’il n’y avait pas eu la semelle de botte qui m’écrasait la pomme d’Adam, j’aurais demandé, j’aurais supplié : Allez-y, les filles, allez-y, le pire que vous pouvez. » « Le calme des chevaux », une nouvelle de cent pages a tout d’un mini-roman. Il y est question d’une vengeance sur un quinquagénaire ayant reluqué une adolescente d’un clan mafieux. Un ancien boxeur est chargé du massacre. Son jeune fils est handicapé mental. Il n’arrive à se calmer que sur des chevaux… À la fin du récit qui s’emballe et s’ensanglante de plus en plus, l’homme de main titube dans une longue danse violente et pathétique avec la mort. Vision très cinématographique entre Scorsese et Ken Loach. Une écriture puissante, élancée.
Dominique Aussenac

JEUNES LOUPS de COLIN BARRETT
Traduit de l’angais (Irlande) par Bernard Cohen,
Rivages, 240 pages, 21

À poings fermés Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°173 , mai 2016.
LMDA papier n°173 - 6.50 €
LMDA PDF n°173 - 4.00 €