La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue En grand

juillet 2016 | Le Matricule des Anges n°175 | par Thierry Cecille

Vacarme N°75 (Courage, circulez !)

En ces temps de luttes diversifiées, qui peinent à se rassembler et qu’un gouvernement sourd et aveugle s’obstine à ne pas prendre en compte, les collaborateurs de Vacarme tentent d’y voir un peu plus clair. Sous un titre-slogan « Courage », ils proposent des sortes de mots d’ordre, roboratifs : «  Rêver en grand, se réunir, redevenir libre, ne plus céder  ». Souffle alors, sur nombre de ces pages, le vent salubre de l’utopie, sans que la précision de l’analyse, cependant, fasse défaut. L’ouverture, philosophique, de Pierre Zaoui lance ainsi le débat : « Avoir vraiment du courage, c’est avoir seulement des idées simples et n’être que ces idées. Affirmer de façon butée d’être ceci plutôt que cela. » Qu’il s’agisse du héros, résistant modeste et déterminé, d’Un condamné à mort s’est échappé de Bresson ou de ces femmes féministes et /ou kurdes qu’un cahier de photographies nous montre manifestant en Turquie, ce qui les meut c’est bien la volonté, dit encore Pierre Zaoui, « d’incarner l’idée qu’on a toujours eue, fût-elle la plus naïve du monde (du genre « se soumettre, acquiescer à l’ordre inique des choses, c’est moche »)  ». Ce droit et même ce devoir d’insoumission animent aussi bien le Conseil d’urgence citoyenne, créé en janvier 2016 contre les possibles dérives de l’état d’urgence (nous découvrons ici ses animateurs et leurs objectifs) que les révolutionnaires que dépeint l’historienne Sophie Wahnich. Grâce à des analogies révélatrices, elle explique comment, en Tunisie et en Égypte lors du Printemps arabe comme à Paris à partir de l’été 1789, il s’est agi « de prendre le risque de faire jouer la légitimité contre la légalité  ». Faire la révolution c’est devoir innover, en tenant compte du passé mais en inventant un futur, en un moment-clé qui apparaît comme un «  précipité  » (Derrida) : « la rencontre de l’inéluctable et de la décision, de la nécessité et de la responsabilité  ».
T. C.
Vacarme N°75, 142 pages, 12

En grand Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°175 , juillet 2016.
LMDA PDF n°175
4.00 €