La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sporting Club de Emmanuel Villin

septembre 2016 | Le Matricule des Anges n°176 | par Eric Bonnargent

C’est dans une ville méditerranéenne accablée de soleil que se situe l’action de ce singulier roman signé Emmanuel Villin. Même si cette ville n’est jamais nommée, le lecteur reconnaîtra Beyrouth : une ville-impasse, coincée entre Orient et Occident, mer et montagnes, modernité et tradition. Si le narrateur réside bien entendu au fond d’une impasse, il passe ses journées dans un club à l’image de la ville : « Le Sporting était ainsi maintenu dans un état de semi-abandon qui lui conférait un aspect intemporel, un style vaguement dolce vita, sans compter la vue sur la mer à l’ouest et sur la ville à l’est. » Comme il existe des refuges de montagne, le Sporting est pour lui un « refuge de ville », un lieu où on attend que les choses se décantent, même si cela n’arrivera peut-être jamais. Car c’est bien dans une impasse qu’est le narrateur : venu de Paris pour réaliser une série d’entretiens avec Camille, un célèbre réalisateur, il attend le rendez-vous qui, enfin, ne sera pas annulé au dernier moment pour une nouvelle raison incongrue. Dans la torpeur caniculaire, il passe l’essentiel de son temps à nager le crawl et surtout à perfectionner sa pratique de la planche : « L’important est de se tenir bien droit, les bras le long du corps et les jambes tendues – il faut parfois surélever le bassin pour être totalement à l’horizontale. Je précise qu’il n’est pas toujours facile de rester longtemps dans cette position. Faire la planche permet en outre de se détendre ; le seul inconvénient est que de l’eau peut entrer dans les oreilles. Allongé sur le dos, j’éprouvais ainsi paisiblement le théorème d’Archimède sur le corps humain et, incidemment, vérifiais que celui-ci s’appliquait également aux avions qui me survolaient à intervalles réguliers. » En dérivant avec le narrateur, le lecteur sera lui aussi gagné par la torpeur mélancolique de ce premier roman abouti.

Éric Bonnargent

Sporting Club
de Emmanuel Villin
Asphalte, 144 pages, 14

Sporting Club de Emmanuel Villin Par Eric Bonnargent
Le Matricule des Anges n°176 , septembre 2016.
LMDA papier n°176
6.50 €
LMDA PDF n°176
4.00 €