La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français En douce

octobre 2016 | Le Matricule des Anges n°177 | par Lionel Destremau

Après deux romans aux intrigues fouillées et très documentées, situés dans le pays basque (L’Homme qui a vu l’homme et Au fer rouge), Marin Ledun livre avec En douce un récit très différent, un roman bref, sec, où l’écriture est plus épurée, délaissant la forme de l’enquête pour le roman noir. Un roman tout entier tenu par ses personnages, leur histoire, leur comportement, leurs paroles aussi, avec au centre une figure féminine forte, comme Marin Ledun a déjà pu nous en donner à lire (de Carole Mathieu dans Les Visages écrasés à Laure Dahan dans Dans le ventre des mères). Émilie fut autrefois une infirmière dévouée, avec un quotidien bien réglé, une passion pour la danse, des amis, une place dans la société. Mutilée lors d’un accident de la route, la voilà devenue unijambiste. Elle se bat pour retrouver son poste mais, dépressive, elle fait un burn-out, quittant tout pour changer de cap. Embauchée dans un chenil perdu au milieu des pins dans les Landes, elle vit désormais à l’écart, rumine sa solitude, son existence passée à jamais fracassée, étouffée par un sentiment de déclassement. Elle ne s’est pourtant pas totalement effondrée. Quelque chose lui maintient la tête hors de l’eau, une forme de rage latente, sourde, qui progressivement va prendre la forme d’un désir de revanche et de vengeance. Vengeance envers le responsable de son accident, l’autre conducteur, Simon Diez, qu’elle séduit, blesse, puis séquestre… Revanche envers le destin, envers cette espérance de rétablir l’équilibre d’une vie que le monde vous répète sans cesse, à laquelle on croit et qui s’avère vaine ; envers cette société qui a commencé à la juger dès l’instant où elle a quitté la norme, où son handicap l’a rendue « différente ». Émilie ne demande aucune pitié, ne s’apitoie pas vraiment sur elle-même non plus, dans sa dérive elle cherche à réveiller un espoir, ce qui paradoxalement la pousse vers une réponse extrême… Comme souvent chez Ledun, derrière la fiction se présente alors un miroir dans lequel chaque lecteur trouvera un reflet, parfois dérangeant, toujours questionnant. L. D.

En douce de Marin Ledun
Ombres noires, 250 pages, 18

Le Matricule des Anges n°177 , octobre 2016.
LMDA PDF n°177
4.00 €
LMDA papier n°177
6.50 €