La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les ouvreurs l’appellent Charlot

octobre 2016 | Le Matricule des Anges n°177 | par Éric Dussert

La Jungle du cinéma

La reparution de La Jungle du cinéma (1921) de Louis Delluc (1890-1924) donne l’occasion de faire revivre cet enfant vite enfui du cinéma et de renouveler le souvenir de ses nouvelles… presque zoologiques. Ce sont presque des chroniques où un infime « rien », une anecdote offre l’occasion d’aperçus pétillants incrustés dans des récits joyeux et spirituels. Louis Delluc raconte comment bat le pouls de son époque obnubilée par les images qui bougent sur l’écran blanc. Son époque et ses contemporains qui ne sont pas tous des zèbres. Sont convoqués le téléphone de sa petite amie Annie Angé, les mémoires d’un figurant, les aventures d’un chien de cirque ou la pellicule d’un « film artistique » puisque, « dans un vil accès de reportage, j’ai voulu me documenter ». Pour le coup, c’est nous qui sommes informés d’un univers alors émergeant où règnent des démiurges qui peuvent se nommer Cherner. Rappel : Cherner, c’était « l’as des as dans la confrérie des opérateurs cinématographiques, j’allais dire géographique, qui font le tour du monde et enregistrent le pittoresque universel. Quel vaste champ de rêverie que celui de ces globe-trotteurs ! On pense sans hésiter à Rudyard Kipling errant sur l’Himalaya avec un Kodak en sautoir ». Depuis 1921, le cinéma peut nous trouver un peu blasés (voyez la ravageuse Anti-Cyclopédie du cinéma de Vincenot et Prelle, Wombat, 142 pages, 14,50 ), mais le visionnage d’un film comme L’Ange blessé d’Emir Baigazin (Capricci, 16 ) nous ramène illico aux meilleures pages du promoteur Delluc qui nous rend l’énergie de ses trente ans, délicieusement nimbée des « fumées de l’enthousiasme ».

Éric Dussert


La Jungle du cinéma, de Louis Delluc
Préface de Gilles Jacob, Éditions du Sonneur, 184 pages, 16

Les ouvreurs l’appellent Charlot Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°177 , octobre 2016.
LMDA PDF n°177
4.00 €
LMDA papier n°177
6.50 €