La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La part manquante

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Virginie Mailles Viard

Le Pommier rouge d’Alma-Ara

Un pays, ça peut finir. Malgré la présence de la terre, des montagnes, du ciel, des hommes. En 1991, pour le jeune Nurlan, la disparition de l’URSS est impossible. Qui voudrait la fin de l’union, de la fraternité entre ces hommes, entassés dans ce bus en direction d’Alma-Ata, la capitale de la République socialiste soviétique au Kazakhstan ? « Des Russes, des Kirghiz, des Ouzbeks, des Tadjiks, des Kazakhs… Un bus parfaitement soviétique. » De sa petite maison de terre dans le Kirghizistan, où Nurlan vit avec sa mère et sa grand-mère, l’image de l’URSS est celle de lendemains qui chantent. Ce que l’Europe n’a jamais réussi à produire, cette unité venue des peuples, l’URSS l’a accomplie. Et quand Nurlan se rend à Alma-Ata, il dort chez son grand-oncle Tchinguiz, où les murs arborent la carte de l’URSS. Tchinguiz est « un authentique communiste ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, commme des milliers de Soviétiques, il est fait prisonnier des Allemands. Du fond des mines de Carmaux, dans le Tarn, Tchinguiz participe activement à la Résistance française orchestrée par les communistes locaux. Dont Gabrielle. Ils partagent le même espoir, celui de jours meilleurs, « pour la liberté, pour la justice, pour l’égalité, pour l’avenir du socialisme. Il aime utiliser ces mots, il a toujours aimé ça, ils l’alimentent, ils le soulèvent. » Ces mêmes mots transporteront le jeune Nurlan, et la Russe Alicia. À travers des personnages passionnés, des paysages que l’on pourrait dessiner après les avoir lus, à travers l’Histoire qui poussa ces soldats d’Asie centrale dans les mines tarnaises, l’auteur dévoile ce sentiment populaire extraordinaire qui fut le pilier de l’URSS. Samuel Aubin, réalisateur de documentaires dont c’est le premier roman, parvient à croiser les trajectoires de Nurlan et de Tchinguiz, avec une fluidité et une simplicité dans l’écriture. Il donne à Nurlan une voix aux tonalités enfantines, un regard plein d’attentions et de poésie qui s’arrête sur les hauteurs des toundras, ou se pose tout en haut d’un pommier d’Alma-Ata. Virginie Mailles Viard

Le Pommier rouge d’Alma-Ata, de Samuel Aubin, Turquoise, 127 pages, 16

La part manquante Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €