La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’Arithmétique du mal de Raphaële Eschenbrenner

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Anthony Dufraisse

Si l’on en croit la bibliographie indicative, cela ferait trois livres en dix-sept ans. L’un chez Baleine, l’autre au Seuil, Raphaële Eschenbrenner a précédemment signé L’Homme sans accessoires et Exil à Spanish Harlem, ce dernier vivement salué à sa parution, nous dit-on, par Gérard Guégan. Après New York, où elle a vécu, cette traductrice de livres jeunesse s’en revient, de nouveau, avec un livre américain. Cette fois en banlieue d’Indianapolis, quelques mois sur le chantier d’une demeure pensée comme « la réplique d’un château français ». À la suite d’Ethel, la narratrice, on se glisse dans une Amérique à la fois profonde et kitsch, ce tranquille arrière-pays du Midwest où rien ne laisse deviner la poudrière. Ici tout est possible, et surtout le pire, le malaise identitaire, mal ordinaire qui mine les relations entre certains Américains. C’est au détour d’une petite phrase prononcée au sortir d’un évanouissement – « Il a marmonné que ça allait mal finir » – que l’on croit comprendre l’intention de Raphaële Eschenbrenner : quelque chose en Amérique s’est évanoui (une forme d’espérance ?), et quelque chose à présent menace.
Sans rebondissement fracassant, sans artifices par trop romanesques, Eschenbrenner raconte ainsi l’ordinaire de la violence, de l’égoïsme, ce qui consume à petit feu les hommes que plus rien n’anime, ou si peu (une collection de poupées par exemple) que c’en est risible, dérisoire. Survivance du racisme, cette « chose ancienne », indifférence entre ceux que tout, pourtant, paraît devoir rassembler, ballet d’ombres qui se croisent (Sally, Pavel, Jimmy, Brian, Shad… sans oublier le fantomatique propriétaire milliardaire du château), et tous ces lieux non-lieux, bar, baraquement, motel, chambre sans charme au « papier peint déchiré »  : c’est là toute l’équation, l’arithmétique du morcellement. Car morceau par morceau, l’Amérique part en lambeaux.

Anthony Dufraisse

L’Arithmétique du mal de Raphaële Eschenbrenner

Vagabonde, 99 pages, 10,50

L’Arithmétique du mal de Raphaële Eschenbrenner Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €