La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Manger ou être mangé

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Anthony Dufraisse

Dis-moi qui te mange, je te dirai qui tu es. Ce pourrait être une formule appropriée pour résumer l’impitoyable logique de la chaîne alimentaire. Le titre de cette fiction, quatrième livre traduit de l’Autrichien Michael Köhlmeier (né en 49) après Ta Chambre à moi, Idylle avec chien qui se noie et Deux messieurs sur la plage, illustre assez bien ce principe nourricier. En lisant cette fable aussi « loufoque que cruelle  » (suivant les mots, très justes, de l’éditeur) qui met en scène chien, lapin, ours, loup, renard et cochon, difficile de ne pas penser à La Ferme des animaux. L’apologue d’Orwell en mémoire, on croit d’abord assister, à travers ce compagnonnage improvisé, à l’histoire d’un grand mouvement d’émancipation portée par Belladonna, une truie qui échappe in extremis à l’abattoir. « Nous allons danser », rêve-t-elle ; une bien jolie image pour dire la fin de l’aliénation. Mais voilà : quand l’estomac est désespérément vide, fi de la fraternisation, le naturel revient au galop. L’appel du ventre s’impose sur l’appel de la liberté et « l’équipe », la solidarité volent en éclats. Commence alors la chronique d’une dévoration annoncée. Ici, on parlemente beaucoup, on complote pour mieux s’entre-tuer. Peut-être sous l’influence du contexte électoral du moment, on serait tentés d’y voir un jeu de massacre politique, mais ce n’est pas aussi évident. Et d’abord parce que ce n’est peut-être pas tant une lutte des espèces pour le pouvoir qu’une espèce de réflexion sur le pouvoir de la lutte. Vu comme ça, le prisme n’est plus le même. Mais on se gardera bien d’influencer le lecteur qui se fera son opinion au terme de ses 160 pages. Seule certitude, Michael Köhlmeier, bon dialoguiste, revisite habilement les codes de la fable animalière et déroule son histoire avec un sens burlesque de la mise à mort. Et l’homme dans tout ça ? Il est là, présence plus ou moins menaçante, lui le premier d’entre les prédateurs, qui se comporte souvent comme un… animal. Anthony Dufraisse

Manger ou être mangé, de Michael Köhlmeier
Traduit de l’allemand par Catherine Trachtenberg, Le Tripode, 160 pages, 16

Le Matricule des Anges n°181 , mars 2017.
LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €