La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mourir est un enchantement de Yasmine Chami

juin 2017 | Le Matricule des Anges n°184 | par Virginie Mailles Viard

Mourir est un enchantement

Un sac rempli de photos. Des enfants perchés sur une table. Les épaules rondes des femmes, des cigarettes au bout d’ongles peints. Des hommes attablés qui rient. C’est à partir de ce simple dispositif que défile la vie de Sara, jeune mère divorcée, atteinte d’un cancer de l’utérus. Elle plonge dans ce sac, comme s’il contenait une réponse… une révélation ? Métaphore du ventre maternel, de la mémoire familiale de Sara, et au-delà d’un pan crucial de l’histoire du Maroc à l’aube des années 80, il enfante les souvenirs. Ce sont des instants lumineux, un chapelet d’histoires à tiroirs, puisqu’il s’agit là « de recomposer indéfiniment l’histoire qu’ils ont vécue  ». Et de lutter avec ce que la photographie retient, là où le souvenir est bord cadre, voir hors cadre. Les phrases longues s’étirent indéfiniment, forment des plans séquences parfaitement huilés, où tout se revit au ralenti.
La famille appartient à une caste privilégiée, l’élite politique et sociale marocaine. Sara grandit dans cet univers intellectuel, au luxe raffiné. C’est un Maroc humaniste, éclairé, incarné par un grand-père hors normes. Malgré « le monde profond et féodal de Fès », l’avènement d’une monarchie autocratique et d’un état policier, Sara sait la possibilité d’un Maroc progressiste et moderne, où les femmes ont les moyens de leur liberté.
Elle décrypte sur ces photos ce qu’elle percevait intuitivement alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle lit la chute lente de ces « jeunes dieux », « suspendus dans ce moment illusoire », celui d’avant les années de plomb… De ces photos, la narratrice extrait une « vie invisible (…) ce qui sourd à la surface  », et superpose une lecture à plusieurs étages. Le regard perce la pellicule, s’empare de chaque détail, et la magie opère. Yasmine Chami nous fait franchir le grain, glisser dans le jardin familial. Ce serait comme ouvrir la porte de La Chambre des enfants de Louis-René des Forêts, passer du côté de l’enfance. Avant le basculement.

Virginie Mailles Viard

Actes Sud, 112 pages, 13,80

Mourir est un enchantement de Yasmine Chami Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°184 , juin 2017.
LMDA PDF n°184
4.00 €
LMDA papier n°184
6.50 €