La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Promesse subversive

juillet 2017 | Le Matricule des Anges n°185 | par Sophie Deltin

Le regard d’insouciance miné par la révolte d’Irmgard Keun, écrivaine allemande à succès des années trente, méconnue en France.

Quand je serai grande je changerai tout

Dans Quand je serai grande, la narratrice, une enfant pétillante à l’imagination insatiable, accumule les bêtises et les infractions à l’ordre petit-bourgeois dont au fil des jours, elle démasque, mine de rien, les cécités et les lâchetés d’adultes. Dans cette chronique bien ancrée dans le contexte de la fin de la Première Guerre mondiale, à travers laquelle on peut déjà déceler les signes insidieux d’une société encline au conformisme et à l’inertie de la pensée, terrain idéal de tous les totalitarismes, la petite fille se heurte en premier lieu au moralisme hypocrite et misogyne de sa famille. C’est également toute la pédagogie coercitive de l’école autant que l’absurdité de la guerre que met au jour par son impertinence irréductible celle qui n’hésitera pas à écrire à l’empereur que « la paix, c’est bien mieux que la guerre (…) et que le mieux serait qu’il abdique ». Une liberté de ton ardente, un courage transgressif, qu’aura cultivés son existence durant Irmgard Keun (morte en 1982), qui n’était pas juive mais dont les livres furent tôt inscrits sur la liste des ouvrages indésirables.
À l’image des héroïnes de ses deux premiers romans Gilgi (1931), La Jeune Fille en soie artificielle (1932), deux best-sellers à leur parution en Allemagne, la romancière n’hésitera pas à porter plainte contre l’administration nazie, exigeant même des dommages-intérêts pour les exemplaires saisis. Sans aucune illusion quant à l’issue de sa démarche, rien ne comptait pourtant plus à ses yeux que de manifester son indignation, sa révolte contre les diktats du régime nazi. Abandonnant mari et amant, Keun se résout alors à l’émigration, d’abord en Belgique en 1935, où elle vivra une idylle passionnée avec Joseph Roth. Ne pas être aux ordres, ne pas plier devant l’autorité : telle est la promesse contractée à même les injustices de son époque que s’engage à tenir, depuis son jeune âge, la fillette récalcitrante et apparemment inoffensive de ce récit d’apprentissage profondément humaniste (publié en 1936 par les éditions Allert de Lange à Amsterdam). Un appel à la résistance intérieure qui devait culminer un an plus tard avec la publication de son roman Après minuit, témoignage d’une lucidité souveraine contre le fascisme ordinaire par cette observatrice chevronnée du présent allemand que fut Irmgard Keun.

Sophie Deltin

Quand je serai grande, je changerai tout, d’Irmgard Keun
Traduit de l’allemand par Michel-François Demet, entièrement révisé par Marie Hermann, Agone, « Infidèles », 220 p., 15

Promesse subversive Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°185 , juillet 2017.
LMDA PDF n°185
4.00 €