La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Lire Charlotte Delbo

septembre 2017 | Le Matricule des Anges n°186 | par Nicolas Mouton

Je me promets d’éclatantes revanches »

En avril 1965, dans Lectures pour tous, Max-Pol Fouchet évoquait « le chant profond » de Charlotte Delbo, en laquelle il reconnaissait avant tout un poète. Trop souvent réduite à sa biographie et au témoignage qu’elle porte, son œuvre n’est pas suffisamment considérée sous l’angle de ce qui la fonde : une expérience du langage. L’innommable de la déportation ne pouvait être dépassé que par une expression littéraire inédite, ce que Valentine Goby, aux premières pages de son livre formule superbement : « Forger une langue capable de nous ramener d’entre nos morts ; la langue de nos confins où nous nous croyons muets. »
C’est en préparant son roman Kinderzimmer (Actes Sud, 2014) qu’elle découvre les livres de Charlotte Delbo : saisissement, révélation : « Je suis entrée à Auschwitz par la langue ». L’auteur d’Aucun de nous ne reviendra affirme quant à elle en être sortie par l’écriture. Autour de ce double mouvement, se structure une « lecture intime », fine, précise et dans une langue très claire. Valentine Goby se penche sur la part de création du lecteur, sur les sensations physiques d’un style et la compréhension par le corps, les limites et les « dépressions du langage ». La force des textes de Charlotte Delbo réside en leur capacité d’énoncer l’instant : griffure d’un vers, blancs, fragments ; elle recourt au conte, qui se dilue au monde et prend valeur universelle. Enfin, Valentine Goby consacre de belles pages à la voix enregistrée, qui nous découvre une autre présence, un vocabulaire d’élection. « Charlotte Delbo me tend la main par-dessus l’abîme. »
Avec « Je me promets d’éclatantes revanches » (citation d’une lettre à Louis Jouvet en janvier 1946), Valentine Goby signe l’un de ses plus beaux textes, poignant, fluide et dépourvu de vanité, introduction idéale à la lecture de Charlotte Delbo. Sans doute aussi, en dit-il beaucoup sur son esthétique à elle ; c’est-à-dire sa morale.

Nicolas Mouton

« Je me promets d’éclatantes revanches », de Valentine Goby
L’Iconoclaste, 192 pages, 17

Lire Charlotte Delbo Par Nicolas Mouton
Le Matricule des Anges n°186 , septembre 2017.
LMDA papier n°186
6.50 €
LMDA PDF n°186
4.00 €