La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sucre noir

septembre 2017 | Le Matricule des Anges n°186 | par Anthony Dufraisse

Attention, jeune écrivain prometteur, disions-nous en 2015 dans ces pages, au moment où Miguel Bonnefoy signait Le Voyage d’Octavio chez ce même éditeur. Biberonné au réalisme magique sud-américain, ce trentenaire franco-vénézuélien qui vit à Caracas invite à un nouveau voyage dans son imagination vaste. Le roman s’ouvre sur la disparition du navire du corsaire Henry Morgan que sa cupidité aura consumé. À trois siècles de là, la rumeur d’un trésor « conservé dans le ventre des Caraïbes » attire les chercheurs d’or. Plus on avance dans cette histoire qui traverse trois générations de la famille Otero, plus se dessine une fresque quasi philosophique : Bonnefoy interroge la nature de nos quêtes intimes, écoute ces désirs qui aiguillonnent, pour le meilleur ou pour le pire, la vie secrète des hommes. Et surtout des femmes, avec ici Serena Otero et Eva Fuego, la mère et la fille, successivement à la tête d’un commerce de rhum prospère – le sucre noir du titre faisant référence à la mélasse issue de la canne –, avant de s’effondrer. Capricieuse fortune qui se joue des êtres jusqu’à les embraser, jusqu’à ravager tout un pays. Faut-il y voir un écho de la situation catastrophique que vit actuellement le Venezuela ? Peut-être.
Ainsi inspiré, Bonnefoy aurait pu se lancer dans une saga de 800 pages ; il a choisi une narration en ellipses judicieuses. S’il opte pour des accélérations à travers le temps, il sait aussi, par une attention tantôt onirique, tantôt psychologique, s’attarder sur la vibration d’un paysage ou la portée d’un trait de caractère. Déjà dans son premier roman il y avait cette manière de faire et le conteur naissant d’hier confirme sa maîtrise ici. Sa prose envoûte, comme les vapeurs d’un alcool trop fort. Du rhum, par exemple.

Anthony Dufraisse

Sucre noir de Miguel Bonnefoy
Rivages, 207 pages, 19,50

Le Matricule des Anges n°186 , septembre 2017.
LMDA papier n°186
6.50 €
LMDA PDF n°186
4.00 €