La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais Le pas au-delà

octobre 2017 | Le Matricule des Anges n°187 | par Richard Blin

Fidèle à sa devise – « Malgré tout » –, Kenneth White revient sur les fondements de sa pensée immanentiste consistant à redonner une direction à une culture déboussolée et à revitaliser le séjour de l’homme sur terre.

Lettres aux derniers lettrés

Sous un titre derrière lequel il ne faut voir aucune lamentation, Kenneth White a réuni huit essais qui s’attachent à cerner le sens, et les possibilités, d’une littérature vraiment mondiale. Après une analyse « spectrale » d’un monde « sur-humanisé » dans lequel la littérature ne prête guère de valeur qu’aux questions sociales ou psychosociales, il montre combien le rapport au monde, et donc la possibilité d’un langage-univers, ont été sinon totalement négligés du moins très peu explorés.
Par-delà le nationalisme et le cosmopolitisme, ce dont l’homme a besoin, c’est d’accueillir la sensation de penser sa relation à un autre espace-temps, celui dont le concept de « littérature mondiale », lancé par Goethe au XXe siècle, fait partie intégrante. Se frotter à l’autre, chercher – non seulement dans la culture mais aussi dans la nature – une façon de voir les choses autrement. Inverser, par exemple, le rapport, presque inné, qui pousse l’homme à toujours aller de l’intérieur vers l’extérieur, ce qui le conduit à agir sur la nature, les choses, les bêtes dans un esprit de conquête qui lui fait réduire « son monde » à ce qui lui est immédiatement utile. Il ferait mieux de se fier à un mouvement allant de l’extérieur vers l’intérieur, ce qui l’ouvre à « des influx, des influences, des inspirations » propices à un « développement maximal de l’être ».
Cette « pratique mondifiante » – qui ne peut qu’être celle d’un « esprit chercheur », « mouvant », d’un être qui sort, s’expose, pratique une approche « solitaire et silencieuse » de la grande nature –, Kenneth White l’a d’abord appelée la géopoétique. Parce que le monde n’est pas seulement un monde social ou un « nouveau monde » utopique. Parce qu’il est d’abord une nature – non pas seulement celle qui nous entoure, mais celle dans laquelle nous existons. Ce monde, au sens premier, est celui dont enfant nous faisons « l’expérience fondamentale ». Pour l’auteur ce fut la côte ouest de l’Écosse, la mer, le rivage – ses rythmes et ses lignes complexes toujours changeantes –, l’arrière-pays avec ses bois, sa lande et la montagne. Ce monde, Kenneth White l’a, dans un premier temps, qualifié de « monde blanc  », puis de « monde ouvert » pour mieux signifier qu’il est constitué de formes et de structures ouvertes au mouvement des forces et des flux dont elles dérivent. Un monde que – du Labrador aux îles d’Amérique, à l’Asie du Sud-est en passant par l’Océan Indien et l’Europe septentrionale – il a parcouru, regardé avec des yeux neufs, se laissant traverser par lui, et s’efforçant de le dire au fil de ses ouvrages dits de pérégrination. Parallèlement, dans ses poèmes, c’est un langage encore inconnu qu’il cherche, celui « du flux signifiant », le langage auquel l’esprit aspire pour se revitaliser, vibrer sous le double signe de l’intensité et de l’amplitude. « Je n’ai jamais accepté de séparer complètement le monde du langage du monde biologique (phrases et souffles) ou du monde physique (paroles et pierres). »
Un livre donc qui retrace son itinéraire de « nomade intellectuel », son cheminement dans l’espace mental – littéraire et philosophique – des quelques grands « isolés » qui lui ont montré la voie : Héraclite, Parménide, Novalis, Nietzsche, Thoreau, Whitman, Melville, Rimbaud, Segalen, Saint-John Perse… Tout ce qui l’a conduit à faire ce « pas au-delà » dans l’ouvert et l’indéfini, dans la candeur incandescente d’une métaphysique de l’éblouissement et de la présence, qui est avant tout art de vivre et intensification du sentiment de vie.

Richard Blin

Lettres aux derniers lettrés,
de Kenneth White
Isolato, 136 pages, 20

Le pas au-delà Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°187 , octobre 2017.
LMDA papier n°187
6.50 €
LMDA PDF n°187
4.00 €