La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Visitations initiatiques

novembre 2017 | Le Matricule des Anges n°188 | par Richard Blin

Avec un recueil de proses portées par l’émotion et les éblouissements, Amaury Nauroy redonne à l’inutile, au beau, au simple, un visage scriptural.

Singulièrement attachant l’ouvrage que signe Amaury Nauroy (né en 1982), un amoureux des lettres et des livres qui travaille aujourd’hui dans l’édition après avoir été libraire, bibliothécaire, nègre… Une passion qu’on lit constamment en filigrane des trois livres qui composent Rondes de nuit, des proses aimantées par des lieux et des artistes dont la rencontre a été source de révélation.
Le premier livre – dont le titre, « Regarde de tous tes yeux, regarde ! », suggère un apprentissage du monde, et une suite de première fois d’où tirer des leçons – témoigne de la longue enquête qu’a mené l’auteur pour reconstituer la figure du plus prestigieux éditeur de la Suisse romande, Henri-Louis Mermod, un avocat de formation devenu capitaine d’industrie avant de se découvrir une vocation d’éditeur en rencontrant Ramuz. « Avec cette enquête sur Mermod, je cherche à écouter de l’autre côté d’un mur, sans toutefois m’égarer dans la reconstitution objective d’un vécu, ni donner dans le genre charlatanesque de la transmutation d’âme. » À partir de ce qui s’est dit de Mermod, Amaury Nauroy nous livre le portrait d’un amoureux du beau livre, qui aimait marier peintre et écrivain, se comportait comme un mécène, fonda un périodique dans le seul but d’assurer à Ramuz et à Gustave Roud des revenus réguliers, aimait la peinture et les femmes, était capable de réciter des poèmes de Michaux en tournant une sauce, et disait aller au Théâtre-Français « pour la volupté d’être endormi par de beaux vers ». C’était un éditeur qui « ne pensait, ne vivait, ne respirait pas seul ». C’est ainsi qu’il fit confiance aux jeunes inconnus qu’étaient Philippe Jaccottet et Jacques Chessex.
C’est alors que le livre devient passionnant, quand pour les besoins de son enquête, Amaury Nauroy se met à côtoyer ces témoins directs. La rencontre avec Jaccottet sera capitale. Alors qu’il croyait que les poètes avaient disparu, que la « grande poésie » se rattachait à un « autrefois des formes littéraires », Nauroy va découvrir un poète vivant. « C’était passer de l’autre côté de l’époque, rejoindre une scène légendaire où les poètes existent », ont une famille et fréquente une société secrète d’amis. C’est le « pouls » de cette tribu de poètes et d’artistes qu’il nous restitue, « l’atmosphère revigorante qui peut régner dans l’intimité de ces personnages ». Quant à Chessex, il lui révélera, presque nvolontairement, une émouvante et sombre Suisse intérieure. Il nous le montre intime, comme il le fera de la poétesse Anne Perrier, du peintre Claude Garache, du poète Pierre Oster. Il n’analyse pas leurs œuvres mais s’attache à comprendre de quelle intimité, de quel environnement, de quelles expériences elles naissent. Une observation à la fois acharnée et distraite qui donne lieu à quelques moments épiphaniques, comme lorsque la beauté paraît dans l’éphémère, le mouvant, le fragile. Les livres deux et trois témoignent de ces moments où soudain le réel est comme transmuté en « un réel plus authentiquement réel ». Ainsi, entendant Jaccottet encourager à s’arc-bouter, quoi qu’il advienne, sur « le feu de quelques joies », il comprend qu’il faut s’ouvrir au monde comme à un tout, que le présent et les émerveillements de l’enfance forment une seule et même ronde, une continuité secrète dont le tableau de Rembrandt, auquel il emprunte son titre, est comme l’emblème.
C’est de ce rapport d’intensité avec ce que l’on vit, de cette nécessaire connivence des vivants et des morts, et de cette « déflagrante » beauté « des choses muettes, des paysages », que rayonne ce livre, qui veut transmettre, donner, éveiller.

Richard Blin

Rondes de nuit, d’Amaury Nauroy
Le Bruit du temps, 288 pages, 24

Visitations initiatiques Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°188 , novembre 2017.
LMDA papier n°188
6.50 €
LMDA PDF n°188
4.00 €