La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le Vocaluscrit

janvier 2018 | Le Matricule des Anges n°189 | par Emmanuel Laugier

Référant à l’acte de « scription  », voire au scribe, et à tout ce qui lui revient (du manuscrit au tapuscrit ), le titre du nouveau livre de Patrick Beurard-Valdoye lui étend celui de la diction et de l’oralisation. Relever le vocal sous le texte, l’oral en lui, la scansion rythmique, les inflexions atonales, tout cela peut se faire sans l’auteur. Or, précise l’auteur, ce néologisme est né et de l’essor de la lecture publique comme de la performance poétique, et de ce que lui vint le désir de transcrire ce qui put se passer lors de ces lectures pour l’auditeur. Vocaluscrit est donc le mot de cette mémoire, partielle et partiale, telle qu’un sujet l’écrit à partir et depuis ce qu’il se souvient d’une lecture actée en un lieu. Beurard-Valdoye rassemble ainsi sous le sous-titre de « Vif de voix sur l’émotif » ses « archives sonores » (plus loin, comico-ironiques, suivent 22 notes de séances du « Métier de poète » lisant). Elles s’écrivent sous la forme de poèmes de prose coupée, dans lesquels sont introduits comme des sténogrammes d’écoutes fragmentées, que ceux-ci relèvent la tessiture d’une voix ou un geste, un regard, une attitude. Ce sont donc des corps sonores que dessine P. B.-V., ou comment se cache derrière un volume sonographié une silhouette liseuse. Très belle tâche, réussie, dont les exemples sont bigarrés assez pour prendre le parti de donner à entendre à chaque fois un point d’écoute de la lecture. Parmi les trente-sept poètes écoutés et vus, de Pastior à Antin, Venaille à Pittolo, en passant par Novarina ou Daive, voici Jacques Dupin, « Paris, Musée Zadkine, 23.09.2004 » : « chauve crâne élargi (…) / d’une diction moins spectrale que naguère / la fin du vers en appui / suivie d’un silence rocailleux / du surplomb des lunettes / son regard aigrebleu calcaire fuse // par-dessus la table qui tranche / ce corps intransigeant (…) / et son regard sonore s’égare au seuil  », le mouvement « implacablement désarmé  » noté ici, revient, au mieux, à toute voix.
E. L.

Le Vocaluscrit de Patrick Beurard-Valdoye
Lanskine, 102 pages, 14

Le Matricule des Anges n°189 , janvier 2018.
LMDA papier n°189
6.50 €
LMDA PDF n°189
4.00 €