La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le Poids de la neige de Christian Guay-Poliquin

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Yann Fastier

Les romans post-apocalyptiques se suivent et ne se ressemblent pas toujours complètement. Les uns voient des survivants en haillons errer le long d’autoroutes hantées de zombies cannibales, d’autres jouent la carte de l’utopie solidaire et du nécessaire retour à la nature. D’autres, enfin, plus proches en cela de Jules Verne que de Cormac McCarthy, jugent préférable de ne pas mettre le nez dehors. C’est le cas dans Le Poids de la neige, du jeune romancier québécois Christian Guay-Poliquin, où l’on retrouve le narrateur de Le Fil des kilomètres (Phébus, 2015) en mauvaise posture, les jambes broyées sous son véhicule accidenté. Tandis que perdure la grande panne qui paralyse le pays et que la survie s’organise tant bien que mal dans le village voisin gagné par la division, il va devoir passer l’hiver en compagnie d’un vieil homme rétif, lui aussi bloqué là par une neige obstinée. Attentif aux détails pratiques d’un quotidien resserré plutôt qu’à la poésie des grands espaces à laquelle fait le plus souvent appel un certain survivalisme littéraire, Christian Guay-Poliquin évacue tout lyrisme et bâtit son huis clos tout en phrases courtes, nerveuses comme on peut l’être après plusieurs mois de tête-à-tête forcé. De même se passe-t-il de toute couleur locale : rien ne permet de situer trop précisément un récit qui, placé sous le signe conjoint d’Icare et de Dédale, vise de toute évidence à l’universel. La catastrophe elle-même passe au second plan : le courant est-il rétabli ailleurs dans le pays ? Pourquoi ceux qui s’en vont chercher du secours ne reviennent-ils pas ? On n’en saura rien, du moins pas avant une suite éventuelle, que l’on découvrira avec un plaisir d’autant plus grand que l’auteur voudra bien cesser de saupoudrer son texte de fines allusions littéraires (García Márquez, Calvino…) qui ajoutent bien plus à notre agacement qu’à sa gloire.

Yann Fastier

Le Poids de la neige de Christian Guay-Poliquin
Éditions de l’Observatoire, 249 p., 19

Le Poids de la neige de Christian Guay-Poliquin Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €