La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Apostumes : Pages de carnets

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Emmanuel Laugier

Apostumes : Pages de carnets

À la définition que l’on trouve du mot « apostume », on peut y préférer celle que Jean-Luc Sarré lui donne : « apostille posthume  ». Pas d’anagramme indécollable entre ces deux mots-là (donc), mais entre « cancre et cancer  », comme il l’écrit, cette « fâcheuse  » se vérifie assurément. L’un des sujets de ce nouveau volume de notes choisies de divers carnets, loin d’être anodin, ne cesse d’être l’amorce de bien d’autres « choses vues », par lesquelles le crabe sus-nommé vient à être comme éloigné, tutoyé autant que méprisé, renvoyé souvent à un vulgaire compagnon. Au commun, Sarré sait pourtant que l’on n’échappe pas, nonobstant tout ce qui, dans le meilleur des pages de ce moraliste d’un autre siècle, s’applique à en relever sévèrement les limites, la petitesse, la lâcheté, l’horreur… Il va sans dire que si Sarré ne se sait pas moins attaché à ce qu’il décrit, parfois cavalièrement (et le sachant), souvent en quelques lignes sabrées, son élégance, de cavalier rare, est toute interne à sa langue, précise et précieuse à la fois, c’est-à-dire retenue et pleine d’élan gamin, savante et naïve, prosaïque, pensive, tout comme put l’être celle de Perros dans ses Papiers collés. Depuis Rurales, urbaines et autres (Fourbis, 1991), Jean-Luc Sarré poursuit, œil infatigable et scrutateur micro-balzacien de la comédie humaine, cette pratique de la note qui entremêle l’esprit des maximes de Chamfort à celui, anarchiste-dadaïste, de Louis Scutenaire (cité d’ailleurs p. 134). Il partagerait d’ailleurs volontiers l’affirmation suivante « Ne parlez pas de moi, je suffis à la tâche », dont on peut trouver souvent des équivalents, tel cet étonnement : « Il est étrange tout de même que ma propre laideur puisse me laisser indifférent  ». Sans doute Sarré eût-il écrit la même maxime en référant sa propre « beauté » que nous l’eûmes pas moins trouvé juste. C’est tout son art de la lecture, de soi au presque rien, et tendu vers la masse monstrueuse de l’actuel, que Jean-Luc Sarré avoisine alors.

E. L.

Apostumes de Jean-Luc Sarré
Le Bruit du temps, 242 pages, 15

Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €