La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Vies d’Haïti

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Anthony Dufraisse

Le juge Berthier se sait menacé et dans une lettre-testament il l’écrit aux siens. D’emblée le lecteur pense savoir où il met les pieds car tout commence avec l’assassinat de cet homme trop intègre pour la corrompue Haïti. Mais on fait fausse route si on croit avoir affaire à un polar. Après Bain de lune, après La Couleur de l’aube, ce nouveau roman est en réalité une marmite de sentiments humains. La seule chose qui intéresse Yanick Lahens est ce que nous abritons en nous de promesses, honorées ou avortées. Et d’abord celles des habitants de ce pays à nul autre pareil. « Ici, la vie et la mort se ressemblent comme deux gouttes d’eau », dit Brune, la fille du juge, à la voix d’or. « Ici, il faut tout prendre. Marcher sur des braises, l’incandescence dans les yeux, la tête dans des nuages, de merveilleux nuages. Oui, il faut prendre le feu et les nuages. L’ombre et la lumière », ressent Francis, le journaliste français magnétisé par cette île.
Dans ce récit choral à double détente, sociologique et poétique, on croise des cyniques et des rêveurs, on assiste aux bassesses des hommes de main, à la tristesse des femmes de rien, aux stratégies de survie des uns, aux compromissions des autres. Tout le temps on oscille entre tentations et démissions : fuir ou prendre racine, mourir à petit feu ou entretenir la flamme, garder le silence ou chanter… Brune, Ézéchiel, Ronny, Cyprien, Pierre, Francis, les voix se relaient à la narration, croisant autant de vies à Port-au-Prince, cette « étrange géhenne », « monstrueuse et inusable et clémente ». La ville vibre ainsi au son d’une écriture aussi obsessionnelle que compassionnelle, Yanick Lahens tirant pour les torsader sur les fibres de l’horrible et les fils d’un destin possible. Angoisses, lassitudes ou souffrances, « plaisirs légers », « douces déroutes » ou espérances, la romancière regarde les êtres se consumer, s’embraser, s’ét(r)eindre. Ce qu’on appelle vivre.

Anthony Dufraisse

Douces déroutes, de Yanick Lahens,
Sabine Wespieser éditeur, 230 pages, 19

Vies d’Haïti Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €