La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Midwinter de Fiona Melrose

mars 2018 | Le Matricule des Anges n°191 | par Yann Fastier

L’hiver est rude, cette année-là, dans cette campagne du Suffolk où faire vivre une ferme est de plus en plus difficile. Le fils et le père s’affrontent sur à peu près tout. Entre eux, la mort de Cecelia, la mère et l’épouse, assassinée en Zambie des années auparavant, lors d’une malheureuse tentative d’installation. Jeune homme en colère, Vale ne pardonne pas à son père d’avoir été la cause indirecte de ce meurtre, peut-être pour ne pas s’avouer la part involontaire que lui-même y a prise.
Chacun leur tour, ils racontent cette histoire à leur façon, rageuse et suicidaire pour Vale et pleine de désarroi pour Landyn qui, depuis la mort de sa femme, met un point d’honneur à secourir les animaux les plus faibles sans bien savoir comment s’y prendre avec son propre fils. « On n’est pas hanté par ce qui nous fait peur, mais par ce qu’on désire », fait dire Fiona Melrose à l’un de ses personnages. Si la culpabilité les ronge, ils n’en cherchent pas moins l’apaisement, sans pouvoir le nommer. Qui le leur apportera ? Tom, le « frère » infortuné de Vale, révélateur de ses démons, la jeune et lumineuse Beth ou bien Cecelia elle-même ? Depuis David Garnett, il semble d’usage en Angleterre de changer les femmes en renard. Elle-même d’origine sud-africaine, Fiona Melrose se plie aux usages locaux et charge une belle renarde solitaire de prendre soin de ces deux âmes en peine. Fantôme bienveillant et discret, elle n’intervient que par sa seule apparition aux moments opportuns du récit, lorsque décidément « devenus des versions insupportables (d’eux)-mêmes », ses hommes sont un peu trop près de se perdre. Ils ne se perdront pas : les hivers les plus longs finissent un jour sur la promesse d’un nouveau printemps, tout comme celui-ci s’achève sur celle d’une réconciliation.
Si le Suffolk produit des poires, nul doute qu’elles soient à l’image de ce premier roman très réussi : âpres au premier abord, suivi d’une note prolongée de grande douceur.

Yann Fastier

Traduit de l’anglais (Afrique du Sud)
par Édith Soonckindt,
Quai Voltaire,
291 pages, 22

Midwinter de Fiona Melrose Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°191 , mars 2018.
LMDA PDF n°191
4.00 €
LMDA papier n°191
6.50 €