La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Rideau

avril 2018 | Le Matricule des Anges n°192 | par Virginie Mailles Viard

Au début, c’est comme découvrir une statue au sol, brisée. Et de tenter en vain d’en réunir les morceaux. « Son corps./ Entre la cuisine et le salon./ La position, étrange, saugrenue./ Une jambe, repliée sous l’autre. / Un bras, plaqué le long du corps./ L’autre, replié./ La main, posée sur la joue. » Il venait la voir, comme il le fait chaque semaine. Cette mère qui l’attend, faisant semblant de ne pas l’attendre. Mais ce jour-là, elle a fait un AVC, elle est tombée. Il ne sait pas quand. Cette vision, cette chute – « Refuser l’image./ Pas comme ça./ Pas maintenant./ Pas déjà./ Maman ? » –, c’est le rideau qui tombe et se lève dans le même mouvement sur leur relation. Elle, toujours insatisfaite de ses résultats scolaires, toujours inquiète. Lui, entièrement tendu vers cette mère castratrice, parfois méprisante. Les mots syncopés racontent l’évacuation de la vieille dame vers les urgences tandis que s’installe le récit des souvenirs d’enfance jusqu’à l’âge adulte du narrateur. Alain Speller ouvre grand la déchirure, l’abîme de la perte en s’appuyant sur une des vocations de l’écriture : rassembler les fragments épars, où les blancs entre les mots sont sous sa plume littéralement des vides. À la lecture de Rideau, on songe à l’ode aux fragments de Pascal Quignard, « Ils sont comparables à ces petites flaques d’eau qui sont déposées sur le chemin après l’averse, et que la terre n’a pas bues. Chacune d’entre elles reflète tout le ciel, les nuages qui se sont déchirés et qui passent, le soleil qui luit de nouveau. Une grande mare, ou tout l’océan, n’auraient répété le ciel qu’une fois.  » Rideau se tourne vers les commencements, jusqu’à la fin. Dans ce mouvement vers le passé, surnagent des événements, un puzzle qui finit par former un paysage, une œuvre. Toute une vie.

Virginie Mailles Viard

Rideau d’Alain Speller
Esperluète, 45 pages, 16

Le Matricule des Anges n°192 , avril 2018.
LMDA papier n°192
6.50 €
LMDA PDF n°192
4.00 €