La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Rehauts n°41

mai 2018 | Le Matricule des Anges n°193 | par Emmanuel Laugier

Rehauts n°41

Pour ses vingt ans la revue Rehauts offre, bien après Poésies en France depuis 1960, 29 femmes, une anthologie (sld. L. Giraudon et H. Deluy, 1994), son numéro à 13 femmes poètes d’aujourd’hui, dont une seule, Amy Clampitt, est traduite de l’anglais. Si quelques-unes manquent, c’est dire que le projet d’une véritable anthologie de la poésie française écrite par les femmes (du XXe au XXIe siècle) n’existe pas encore, mais c’est aussi constater que ce volume contribue à la préparer. Le choix proposé, qu’aucun avertissement n’explique, est sans doute celui, croisé, des compagnonnages et de l’opportunité des rencontres. Mais il ne dénature pas la cohérence de son éclectisme : des « Calligrammes » (clé, sablier, lustre, diamant, etc.) de Cécile Mainardi aux laisses prosées de Sandra Moussempès, le rapport est celui de l’ironie et de la joie campée jusqu’à l’insolence (« Je suis une épouse latente retombée dans les ronces lors d’une évasion ratée-//Bien que je ne sois pas une pop star j’idolâtre ce que tu disposes à l’intérieur de moi- ». Mixte de phrases comme arrachées à un récit caché, Caroline Sagot Duvauroux évoque ce « Quoi m’a fendue » quand Séverine Daucourt s’en amuse, « à Belleville/devant les boutiques/dans ma mini-jupe/très courte  », mi-naïve et « proie  » de sa propre naïveté. L’incipit de « Une décision » de Nadia Porcar : « J’avons décidé de surprendre les futurs hommes de ma vie au petit-déjeuner  » lance des « basta  » revigorants, il rejoint « L’amour selon les déterminismes » d’Isabelle Zribi (« Une fois terminé, l’amour doit être prestement gommé  »), comme les « Quatre lais » de Vibrisse, « conte mélusinien  » (Sophie Loizeau) œuvrent à une fine sensualité érotique joyeusement païenne, de même qu’Hélène Sanguinetti, verbe haut swingué, offre à sa « Poïena  » bien vue « des couleurs qu’il faut,/entre les jambes,/sexe de secret/=  », soit ce que l’énigme d’une origine ne cesse de retourner à son arroseur (arrosé).

E. L.

Rehauts N°41, 116 pages, 15

Le Matricule des Anges n°193 , mai 2018.
LMDA papier n°193
6.50 €
LMDA PDF n°193
4.00 €