La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Joseph Roth
L’intelligence de la nostalgie

juin 2018 | Le Matricule des Anges n°194 | par Thierry Cecille

Observateur perspicace du présent et peintre mélancolique du passé, l’Autrichien Joseph Roth est surtout un conteur hors pair, un narrateur dont la voix, une fois qu’on l’a entendue, résonne longtemps en nous.

C’était le monde d’avant-hier, c’était le monde du temps perdu – à retrouver. C’était le temps de l’Empire, vaste et divers, sur lequel régnait François-Joseph, bienveillant et quasi immortel, dieu et bourgeois à la fois. Dans cet Empire s’affirmaient des métropoles vibrantes, fourmilières et ruches : à Vienne, Prague, Budapest, les intellectuels discutaient dans les cafés, les peintres et les poètes rivalisaient d’esthétiques novatrices, les romanciers rajeunissaient leur genre littéraire déjà vieux mais apte à toutes les métamorphoses. Les bâtiments Art nouveau offraient leurs efflorescences contournées. À la périphérie de ce territoire immense, aux marches de l’Est, se côtoyaient, dans une harmonie relative mais que beaucoup croyaient assurée pour longtemps, des populations plus exotiques : Ruthènes, Roumains, Turcs, Slaves – et Juifs. C’était en effet, également, le pays du shtetl, de ces bourgades dans lesquelles, depuis des siècles, les Juifs s’étaient installés, à l’issue de pérégrinations forcées, d’exils hasardeux. Là ils exerçaient des métiers divers, du plus improbable au plus redoutable, du revendeur de vêtements usagés à l’intendant du comte polonais, riche propriétaire terrien. C’était le yiddishland, cette patrie spirituelle de ceux qui n’avaient pas de patrie, de ceux qui priaient en hébreu, commerçaient en polonais, écrivaient en allemand – mais se querellaient avec leur femme ou enseignaient à leurs enfants en yiddish.
En ces terres excentrées et excentriques naquit, en 1894, Joseph Roth, quelque part dans le coin à droite et en haut de cette carte disproportionnée de l’Empire, à Brody plus exactement, à quelques kilomètres de l’autre Empire, celui des tsars. Durant le XXe siècle, les guerres ne cesseraient de former et déformer ces frontières-là : aujourd’hui la Pologne, l’Ukraine, la Roumanie se partagent ce qui, à l’époque de la naissance de Roth, formait un tout. De ce creuset, de cet alambic magique pourrait-on dire, allaient naître également Paul Celan, Gregor von Rezzori, Elie Wiesel, Aharon Appelfeld… Toutes ces voix, chacune à sa manière, tenteraient, comme Roth, de ressusciter ce monde disparu, ce continent englouti en deux étapes, en deux cataclysmes. Le premier débuta ce 28 juin 1914, quand l’héritier du vieil Empereur fut assassiné à Sarajevo, par un terroriste assez falot et qui faillit rater son coup, le dénommé Gavrilo Princip. La guerre vient alors détruire, émietter l’Empire millénaire – et l’Autriche ne sera plus qu’un pays presque minuscule, une république vacillante. L’autre cataclysme commencerait… quand exactement ? Quand un certain Hitler rentrerait de cette même guerre perdue, déboussolé, haineux ? Quand il raterait, le 8 novembre 1923, dans une brasserie de Munich, son putsch d’amateur et irait, dans une prison quelque peu dorée, écrire Mein Kampf ? Ou quand il accéderait au pouvoir par la faute d’un autre vieillard à la barbe blanche, le maréchal Hindenburg ? Cette terrible tempête là...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°194
6.50 €
LMDA PDF n°194
4.00 €