La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Puisqu’il fait jour

juillet 2018 | Le Matricule des Anges n°195 | par Richard Blin

Puisqu’il fait jour

Après À peine (Corlevour, 2012), un triptyque articulant « Promesses », « Passion » et « Pénombre » au fil d’un cheminement aussi émerveillé que vertigineux tant il s’aventure dans les contrées d’une réalité qui échappe, voici Puisqu’il fait jour, le deuxième livre de Nicolas Waquet, un poète né en 1978, traducteur du latin, du grec ancien, de l’anglais et de l’allemand.
Le livre est composé de onze journées épousant chacune la course du soleil, comme autant d’occasions de mettre en lumière les tensions qui trament, décentrent ou défigurent l’être invisible de l’irrévocable réalité : « les nuages se révulsent / dans le miroir des flaques // le ciel s’ouvre à l’envers // j’entrevois l’embrasure par / laquelle échapper // à nos amours bâtardes / boiteuses / et moribondes ».
Sous l’action perturbatrice de la lumière quelque chose déborde, indique une faille dans la plénitude, se fait l’écho d’une dissonance fondamentale et des étapes d’une lutte intérieure. « cent / mille mains éclatantes / percent le crépuscule // s’arrachent / jalouses / l’empire du jour déchu // violent les tombes de l’ombre / où il repose à peine ». Une accumulation d’affects antagonistes, de résurgences d’éprouvantes commotions nimbe la splendeur de ce qui est, et son horreur : « printemps sacré / tu règnes / chargé d’effroi et de défi // dans le mouvement des grands fleuves / dans l’élan de mon sang ramifié // printemps / j’attends déjà ta décadence / et le froissement des eaux mortes ». C’est la nue-présence de ce terrible réel, de « ces puissances qui vont / viennent / dans les vertèbres du monde » que Nicolas Waquet rend intensément tangible. Chaque poème en témoigne comme d’un combat tendu vers une impossible issue. Une lutte où se joue chaque fois à neuf ce qu’exister veut dire quand il s’agit d’ouvrir un espace où être.

Richard Blin

Puisqu’il fait jour, de Nicolas Waquet
Corlevour, 96 pages, 16

Le Matricule des Anges n°195 , juillet 2018.
LMDA papier n°195
6.50 €
LMDA PDF n°195
4.00 €