La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Manaraga de Vladimir Sorokine

avril 2019 | Le Matricule des Anges n°202 | par Yann Fastier

Imaginez un avenir proche, où l’Europe se remet à peine de guerres dévastatrices. Un monde où les livres n’intéressent plus personne et ne servent, grosso modo, qu’à griller des steaks. La « Cuisine » est une guilde, une mafia internationale de rôtisseurs qui parcourent le monde afin de satisfaire les lubies des nababs de la nouvelle jet-set, où le luxe ultime consiste à payer très cher une petite grillade à l’édition princeps, généralement acquise à prix d’or ou volée dans les rares bibliothèques subsistantes. Ces cochonneries ne brûlant pas si bien qu’on pourrait le croire, le book’n’grill est une affaire de spécialistes, experts dans l’art de la lecture à feu vif ou à feu doux. Gueza, lui, « lit » les Russes. Dans sa partie, c’est l’un des meilleurs : habile, prudent et, surtout, dénué de toute conscience, autre que professionnelle. Aussi, lorsque d’outrecuidantes crapules prétendent inonder le marché de fausses éditions originales d’Ada, est-il désigné par la Cuisine pour superviser la destruction des malfaisants.
Il ne faut bien sûr jamais attendre de Sorokine l’un de ces scénarios tirés au cordeau qui font les bonnes affaires d’Hollywood : le Russe, comme dans ses précédents romans (Telluria, Actes sud, 2017), a la science-fiction vagabonde et le postmodernisme musard. Manaraga, c’est d’abord une promenade, au gré des voyages et des prestations de Gueza, à travers une nouvelle extension d’un univers patiemment mis en place au fil des livres et des ans. Un univers tout de déglingue high-tech, peuplé de laissés pour compte et d’oligarques, de fanatiques et de mutants trans-humanistes, à la fois grotesque et d’un cynisme assez glaçant pour déplaire aux âmes sensibles, qui ne verront ni sans effroi ni sans plaisir coupable partir en fumée le meilleur des belles-lettres mondiales, tandis que résonne en arrière-plan le ricanement méphisto-phélique de l’auteur.

Yann Fastier

Manaraga de Vladimir Sorokine
Traduit du russe par Anne Coldefy-Faucard,
L’Inventaire/Nouveaux angles, 254 pages, 16

Manaraga de Vladimir Sorokine Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°202 , avril 2019.
LMDA papier n°202
6.50 €
LMDA PDF n°202
4.00 €