La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Délices et maléfices

juin 2019 | Le Matricule des Anges n°204 | par Yann Fastier

Trois gouttes de sang

Pour n’avoir lu que La Chouette aveugle, le livre le plus connu de Sadegh Hedayat, on l’enrôlerait volontiers parmi les compagnons de route du surréalisme. André Breton n’en fut-il pas d’ailleurs « l’inventeur » en France et José Corti le premier éditeur ? Ce serait cependant méconnaître une œuvre à l’inspiration bien plus universelle et diverse, dont ce recueil, initialement publié chez Phébus en 1988, donne un assez juste aperçu. Toutes datées du début des années 30, avant La Chouette aveugle, donc, ces dix nouvelles puisent aussi bien à un certain fantastique (« Trois gouttes de sang », « Le trône d’Abou Nasr ») qu’au naturalisme le plus pur (« La femme qui avait perdu son mari », « La sœur aînée »…) Quel que soit le registre, elles ne témoignent pas moins d’une même inquiétude et, surtout, d’une même ironie, parfois sombre au point d’en être amère. Ainsi de ce Hâdji Morâd, marchand de riz au bazar qui, ayant cru reconnaître sa femme dans la rue, s’en prend à une parfaite inconnue, en paie les conséquences et, de honte, se venge illico sur son innocente épouse ! Ou bien de cette Aziz Aghâ, hantée par le souvenir de ses crimes, qui se console d’un seul coup lorsqu’elle apprend qu’elle n’est pas seule dans son cas. On n’en dira pas plus pour ne pas déflorer des nouvelles dont la chute vient souvent couronner l’ingénieux édifice, mais on se doit d’évoquer encore la plus déchirante d’entre elles, qui voit un chien errant, autrefois choyé, mourir en butte à l’indifférence et à la méchanceté des hommes.
Comment ne pas y voir une préfiguration du destin de l’écrivain lui-même, né à Téhéran en 1903 et suicidé à Paris en 1951 (sa tombe est encore visible au Père-Lachaise), après une vie de solitude errante, essentiellement vouée à la littérature et, accessoirement, à l’alcool et à l’opium ? Si les éditions Corti n’ont jamais cessé de défendre son œuvre (encore, en 2016, avec Enterré vivant), aucun antidote à l’oubli n’est à négliger et ce précieux petit recueil s’impose comme une indispensable piqûre de rappel.
Yann Fastier

Trois gouttes de sang, de Sadegh Hedayat
Traduit du persan par Gilbert Lazard et Farrokh Gaffary, Zulma, 180 p., 8,95

Délices et maléfices Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°204 , juin 2019.
LMDA papier n°204
6.50 €
LMDA PDF n°204
4.00 €