La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Fantômes parmi les arbres

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Yann Fastier

Hennes, un jeune vidéaste berlinois autoproclamé « documentariste free-lance », est engagé par un vieil écrivain pour tourner un documentaire sur l’artiste Wolfgang Laib. Sans plus d’explications mais tous frais payés, Hennes quitte Berlin pour la Souabe où, jour après jour, armé de sa caméra, il rôde aux alentours de la maison de l’artiste, fasciné jusqu’au vertige. Jusqu’à la chute.
L’argument n’est pas plus mauvais qu’un autre. Adrien Blouët (né en 1992) en tire un premier roman qui séduit avant tout par sa justesse d’évocation. Sans se croire obligé d’en faire des tonnes, il parvient avec bonheur à mettre en mots cette demi-campagne à la fois désolée et désolante dont le jeune homme a peine à croire qu’elle puisse servir de terrain de jeu à un artiste – par ailleurs bien réel – connu pour ses installations à partir de pollen, patiemment récolté à la main dans les prés et les forêts des alentours. Laib, dont « à voir ses photos on pouvait penser qu’il ne vivait qu’en été » reste le grand absent du roman, loin de toute exofiction à la mode, un prétexte, une malice faite au réel de la part d’un auteur qui ne dédaigne pas l’ironie. Vis-à-vis de lui-même, tout d’abord : n’est-il pas issu des Beaux-Arts, comme son héros, dont il souligne le caractère velléitaire mêlé de suffisance ? Vis-à-vis de la littérature elle-même, ensuite, via la figure de l’écrivain Cornelius Düler, sous-Pynchon en voie d’effacement définitif dont le Grand Œuvre, miss june ‘76, s’achève apparemment dans la même eau de boudin que L’Absence de ciel. Tant d’insignifiante invraisemblance après avoir été si vraisemblable : c’est bien le seul reproche que l’on pourrait faire à ce livre. Curieusement, on ne le lui fera pas. Soit qu’on choisisse d’y voir une pirouette de l’auteur, par ailleurs impressionnant de maîtrise, quant aux puissances respectives du réel et de la fiction, soit qu’un premier roman d’une telle qualité d’écriture mérite toute notre indulgence. Yann Fastier

L’Absence de ciel, d’Adrien Blouët, Noir sur blanc, 164 pages, 15

Fantômes parmi les arbres Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €