La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Langue paternelle d’Arno Dubois

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Éric Dussert

La Langue paternelle

Rentrée littéraire oblige, le rabat de La Langue paternelle affirme qu’il s’agit du « premier roman » d’Arno Dubois. L’assertion contient sa part de vérité, il s’agit bien de la première œuvre littéraire publiée par Arno Dubois, mais le récit ne donne à aucun moment l’impression qu’il cherche à fictionner, bien au contraire. Et pour cause, le livre repose intégralement sur les épaules d’un truculent personnage, Gafdhi, le père de l’auteur. C’est une figure doublement obsédante pour un fils qui a choisi un métier de mots – Arno Dubois travaille dans la presse ou l’édition. Gafdhi, qui est un enfant d’Égyptiens, né en Égypte, s’est encalminé en France, rameutant de ces discours réitérés le peuple des rues de son enfance pour sa progéniture. À moins qu’il ne s’enferre dans les méandres de la stratégie napoléonienne… L’exorbitant personnage pourrait appartenir à un roman d’Albert Cossery et de Naguib Mahfouz dont il sait reconnaître les mérites documentaires, jonglant avec les vocables et les souvenirs comme un guide un peu brouillon.
« Cette part d’intraduisible que Gafdhi trimballe dans son esprit et qu’il ressort par la bouche de temps en temps a la préciosité absolue et mystérieuse de l’objet qui ne commande pas la collection, mais, au contraire, l’intégrité de l’exemplaire unique. Cuir bouilli dans la poche du superstitieux. Crachat ou glaire de sang fossilisé dans la boulette de terre d’un chamane. Fil à plomb ou boussole dans la poche du cartésien. Boule de cheveux façonnée dans de la terre coagulée avec de la salive et des excréments. Cuisse de grenouille desséchée. Tout ce qui, sorti de sa poche par Tom Sawyer, débris de jouets, billes, toutes sortes d’objets hétéroclites par exemple, fait office de butin, d’échantillon poétique. »
Alternativement tonitruant, rodomont, cafouilleux et souvent drôle, Gafdhi procure un portrait qui ne suscite pas l’ennui. Un portrait qui vaut bien une fiction. Alors roman ou pas, maalesh, « ça ne fait rien… » Éric Dussert

Cambourakis, 143 pages, 16

La Langue paternelle d’Arno Dubois Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €