La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Agathe d’Anne Catherine Bomann

septembre 2019 | Le Matricule des Anges n°206 | par Yann Fastier

Un psychanalyste au bout du rouleau s’apprête à prendre une retraite pas si bien méritée que ça quand une patiente inattendue fait irruption dans son cabinet. D’abord tenté de la refouler, il succombe cependant bien vite à son charme parfumé et opère une sorte de transfert inversé qui, tout en lui révélant la vacuité d’une existence sans amour et réglée jusqu’au moindre détail, le pousse à réagir pour devenir, enfin, le véritable thérapeute qu’il avait depuis longtemps renoncé à devenir.
Une jeune femme « intéressante », un barbon qui se sent brusquement pousser des ailes, de la psychanalyse… Tous les ingrédients semblaient réunis pour un drame faustien, une espèce de Diable au corps à l’usage des vieux, sur fond de freudisme explicateur et de Viagra. Mais Anne Cathrine Bomann n’est pas française : elle est danoise, psychologue et, accessoirement, championne de ping-pong. Elle ne se croit donc pas obligée d’en faire trop pour être prise au sérieux et, pour un premier roman, se contente de faire preuve d’un naturel et d’une simplicité, d’une honnêteté, enfin, que pourraient lui envier bien des chevaux de retour. Ni drame excessif ni passion dévorante, donc, pour ce qui ne doit pas être lu comme une histoire d’amour mais comme le récit plein de délicatesse d’un sauvetage mutuel. Ces deux-là ne vivaient pas, n’avaient jamais vécu, pour qui « vieillir (…) consistait surtout à observer comment la différence entre son moi et son corps grandissait et grandissait jusqu’à ce qu’un jour on soit complètement étranger à soi-même  ». De leur rencontre inespérée, Anne Cathrine Bomann ne prétend rien tirer d’autre qu’une étincelle, une simple possibilité toute de tendresse retenue, sans rien céder à l’indécence habituelle du « geste » littéraire. Une lueur, à peine, mais dont la pâleur diffuse illumine bien mieux et bien plus durablement la mémoire du lecteur que n’importe quel embrasement de papier. Yann Fastier

Traduit du danois par Inès Jorgensen,
La Peuplade, 159 pages, 18

Agathe d’Anne Catherine Bomann Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°206 , septembre 2019.
LMDA papier n°206
6.50 €
LMDA PDF n°206
4.00 €