La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Fortuna

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Catherine Simon

Flotte sur le vide de la mer africaine comme sur l’étendue de ta vie. Dis-toi et redis-toi : J’ai bien fait de partir ! Dissous ta peur dans l’écume, noie tes doutes un par un, jette aux poissons tes pires souvenirs… » La jeune femme qui monologue ainsi, calée au fond d’une barque en partance clandestine pour « cette terre où le travail abonde, petite Amérique promise aux familles » en quête d’une vie meilleure, s’appelle Guiseppa La Fortuna. Elle est européenne, née en Sicile. Son « Amérique »  ? La Tunisie.
Nous sommes en 1901 et ceux qui payent les passeurs pour rallier l’Afrique du Nord, viennent d’Italie, de Malte ou de Navarre. Avec les mêmes angoisses et espérances que les « migrants » d’aujourd’hui – mais sans risquer la mort, le mépris ni la haine. La Fortuna n’est cependant pas le énième récit ou roman retraçant le calvaire d’une patera – sujet devenu un genre littéraire, qui se développe aussi vite que nos frontières se ferment. Il fait le portrait d’une femme, plutôt mal partie de naissance puisqu’« enfant naturelle » abandonnée aux portes d’un couvent de Sicile, à la fin du XIXe siècle. Le temps de la traversée, de Porto Empedocle au port tunisois de la Goulette, la jeune Guiseppa fait défiler sa vie.
Dès l’enfance, livrée à la rude poigne des bonnes sœurs, la petite bâtarde apprend à penser seule, à décider… et à jardiner. Ce qui la sauve. Comme la sauvera son amour pour son mari, le beau Francesco – dont la famille, étouffoir débectant, la pousse à fuir. La Fortuna est un hymne à la vie, au plaisir, au courage, une lettre d’amour à la Sicile, « frappée de tous côtés par la beauté et le malheur ». Le patriarcat y est décrit sans fard, beau-frère libidineux et mama tyrannique compris… Édifiant, ce premier roman est un joli voyage dans l’Italie d’hier, vue par les yeux d’une gueuse, devenue maîtresse-femme.

C. S.

La Fortuna
Françoise Gallo
Liana Levi, 144 pages, 15

Le Matricule des Anges n°207 , octobre 2019.
LMDA papier n°207
6.50 €
LMDA PDF n°207
4.00 €