La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Hélène Gaudy
Écrits écrans

octobre 2019 | Le Matricule des Anges n°207 | par Chloé Brendlé

Depuis Vues sur la mer, Hélène Gaudy n’a de cesse d’explorer les frontières de la fiction, de capter l’esprit des lieux, de faire parler les images. Cette enquêteuse intranquille cultive un art du décalage et de la juste distance.

Rien que du blanc où se blottir. » C’est ce que trouvent les trois héros du nouveau roman d’Hélène Gaudy au terme de leur expédition. L’Arctique, l’oubli. Quelques mois d’errance aux confins du XIXe siècle puis la mise au jour, trente ans plus tard, de leurs dépouilles et de leurs minces traces – papiers, pellicules photographiques : l’histoire de Nils Strindberg, de Knut Fraenkel et de Salomon August Andrée tient en quelques effets personnels et a nourri toute une littérature scientifique. Qu’est-ce qu’une écrivaine peut avoir à dire aujourd’hui de ces hommes envolés jadis dans le ciel polaire ? On apprendra une histoire méconnue en France mais le récit ne révélera rien de plus que ce qui a déjà été découvert. Si révélation il y a, ce sera plutôt une histoire de lumière. D’abord, il faut parler de l’attraction chromatique du blanc, cette couleur paradoxale, à la fois ablation et addition de toutes les autres, manque angoissant et coton douillet, nuancier des pôles. Passée par l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, Hélène Gaudy est sensible aux contrastes et pratique la photographie. Un monde sans rivage, le roman qu’elle consacre à l’expédition Andrée, sans reproduire les photos retrouvées (à l’exception de celle qui orne la couverture), tente de donner à voir des paysages de l’extrême, pris entre le jour sans fin et la nuit dévorante, la visibilité maximale et le brouillage des lignes. Zones blanches, ouvrage collectif dirigé l’an passé, faisait dialoguer des images de voyages et des textes d’auteurs – le va-et-vient entre le réel et son double, déjà, autrement. Le blanc est aussi un refuge pour l’imaginaire ; l’écriture peut s’engouffrer dans les interstices, chercher à combler les suspens de l’Histoire, s’immiscer dans la tête des explorateurs, déchiffrer les silences de ceux qui sont demeurés sur la terre ferme. Mais là encore, le récit se dérobe ; il ne s’agit pas d’écrire dans les blancs, mais plutôt avec eux, à la lisière entre dévoilement et mystère. Nulle vérité à l’horizon mais les fragments d’une quête, d’un processus. Le chemin plutôt que l’arrivée. En témoignent les lignes suivantes, qui peuvent autant s’appliquer aux aventuriers d’autrefois qu’à l’écrivaine aujourd’hui : « Pour s’y rendre (en Arctique), il faut laisser défiler les routes rabotées comme pierre ponce, frottées au blanc, au noir, il faut traverser la mer, suivre les chemins qui peu à peu se défont de tout ce que l’on connaît, maisons, passants, bêtes familières et jusqu’aux arbres, aux plantes, à la plus petite herbe, peu à peu dilués dans l’espace. / Il faut arracher, renoncer, dépouiller. »
Le goût d’Hélène Gaudy pour les terrains non familiers n’est pas neuf. Dans son premier roman, issu de son projet de diplôme d’études, on suivait une femme à travers sept versions possibles de sa fugue ; ce Vues sur la mer (Les Impressions nouvelles, 2006) nous faisait entrer dans sept chambres d’hôtel. Pas le temps de s’installer, tout juste...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°207
6.50 €
LMDA PDF n°207
4.00 €