La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Dépôt de bilan

novembre 2019 | Le Matricule des Anges n°208 | par Éric Dussert

Musique, drogue, alcool, le cocktail a toujours efficacement fourni son contingent de jeunes macchabées aux cimetières et aux crématoires. C’était vrai pour les bluesmen, ce le fut pour les jazzmen, puis pour les rockers, il n’y avait pas de raison que les rappers, contemporains des punks, new-waves, hard-rockers et autres dj’s n’en soient pas aussi. La camarde passe partout, comme la Wells Fargo de Lucky Luke, en particulier chez les gars trop barrés pour respecter les règles, dont celles, inexorables, du Milieu. Après avoir lu Le Rugissant que Raphaël Malkin consacre à la figure de Marc Gillas, dit Rud Lion, on peut dire que ce dernier a beaucoup survécu… malgré lui.
Présenté comme un musicien autodidacte, Rud Lion a participé à l’irruption du hip-hop en France. Il a surtout été un gars limite et armé dont le comportement suicidaire ne rechignait ni à l’escroquerie ni à l’intempestif. Ses succès musicaux se comptent sur les doigts d’une main : le management du groupe Expression Direkt, un morceau pour le film La Haine et, peut-être aussi, un bout de la piste sonore de « Ma petite entreprise » de Bashung, quelques concerts, des soirées d’enfer… Lancé dans les années 1990, il disparaît le 10 novembre 1999 à Paris aux alentours de minuit : on retrouve son corps, une balle dans la tête, au premier étage d’un café du Châtelet.
Fidèles à leur passion pour la littérature documentaire, les éditions Marchialy produisent l’enquête biographique de Raphaël Malkin qui, après avoir croisé près de cent témoins, recoud les morceaux d’un destin brûlé où figurent Saïd Taghmaoui, Alain Bashung ou Joey Starr. Pour autant, on n’ira pas féliciter l’auteur pour sa plume. Encombré de locutions qui posent et de tournures clinquantes comme la quincaillerie arborée par certains rappers, son livre de Tintin reporter à la mode gonzo est d’une lecture… encombrée. Le trentenaire parvient néanmoins à nous intéresser au parcours éclair de Rud Lion, qu’il arrache à l’oubli collectif. Qui se souvenait donc de Marc Gillas ?

Éric Dussert

Le Rugissant, de Raphaël Malkin,
Marchialy, 252 pages, 20

Dépôt de bilan Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°208 , novembre 2019.
LMDA papier n°208
6.50 €
LMDA PDF n°208
4.00 €