La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Paulownia, de Sylvie Bocqui

novembre 2019 | Le Matricule des Anges n°208 | par Franck Mannoni

Intériorité, introspection, à l’écoute à la fois de l’être et du monde : le livre de Sylvie Bocqui semble placé sous les bons auspices de Pascal Quignard. Une référence assumée qui signe d’emblée un autre rapport à la temporalité. Ici, les sensations, les perceptions et leurs échos dictent leurs règles et rythment les pensées. Une femme, mère de famille, pressent la fin de son couple, jusqu’à l’appeler de ses vœux. Dans ce long processus, tout s’étire au ralenti, jusqu’à l’effondrement. Et pourtant, même la décision prise, d’ultimes vacances « en famille » sont encore organisées. C’est lui qui part, il « s’est sauvé devant cet appel du vide qu’elle lui opposait et qu’elle ne comprenait pas elle-même ». Il vit déjà un autre amour dont elle est exclue, ignorée. Les étapes inévitables et triviales de la déchirure s’enchaînent : faire ses affaires, changer d’appartement. Elles glissent toutefois sur l’abandonnée. Pour survivre, l’héroïne se concentre sur les détails : les couleurs, les sons, des bribes arrachées au réel la rattachent à la vie. Le recul, une certaine hauteur de vue la rendent sensible à la terrible banalité de la condition humaine : naître-mourir, exister, un peu : « Y a-t-il toujours eu autant d’enfants dans des landaus et des gens déjà vieux pour les pousser ? » Le retour à l’espoir et à la joie, s’effectue par touches : une robe rouge, la lecture d’un poème entendu à la radio. Sur ces petits riens fleurit la possibilité de l’émerveillement : « S’allument une brindille pourpre arc-boutée, une fourmi, une étoile verte de fraise, du sel diamanté d’Etretat ». Dès lors tout peut reprendre sa place. Les souvenirs ne sont plus traumatiques. La rencontre de l’Autre est à nouveau possible.
Sylvie Bocqui ne propose pas une analyse intellectualiste et froide d’un échec relationnel. Elle laisse se déployer des émotions fondatrices, les accompagne avec acuité pour assister aux transformations de son personnage. De petites choses naît tout un univers.

Franck Mannoni

Paulownia, de Sylvie Bocqui
Arléa, 112 pages, 17

Paulownia, de Sylvie Bocqui Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°208 , novembre 2019.
LMDA papier n°208
6.50 €
LMDA PDF n°208
4.00 €