La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Le sel de tes yeux, de Fanny Chiarello

février 2020 | Le Matricule des Anges n°210 | par Virginie Mailles Viard

Je préparais une exposition de photos et de textes sur la langueur de l’été dans le bassin minier, cette langueur que j’ai tant éprouvée quand j’avais ton âge… » C’est dans le cadre de ce travail que la narratrice retourne sur les lieux de son adolescence, et qu’elle saisit ce cliché d’une jeune athlète, Sarah. Sur la photo, Sarah court, autour d’elle des barrières, des cages de but l’enserrent, mais Sarah est hors cadre. Sarah aime les filles. Et la narratrice-photographe est prise dans cette course éperdue, qui lui rappelle la sienne. Elle lui parle, lui dit « tu », et ce qui était une lettre devient un manuscrit, devient un roman. L’histoire de Sarah est celle de milliers de jeunes femmes, de jeunes hommes, consignés dans des vies qui les étouffent. Comment s’accepter, vivre librement ses désirs, quand tout autour de vous, vous accuse, vous pousse au secret. « Tu as l’impression que tout le monde le voit, qu’il s’étale sur ta peau, aussi indélébile et répugnant qu’une tache de gras. »
Fanny Chiarello livre ici un véritable « J’accuse », alternant les genres, roman, autobiographie, critique sociale, journal. Le Sel de tes yeux est sans concession, dénonce avec férocité et acuité une société qui ne laisse aucune place à l’homosexualité – «  Il était entendu que tu étais une perverse puisque tu aimais les filles. Tu ne comptais plus les mots qui existaient pour désigner les monstres tels que toi.  » Il nous est à toutes et à tous arrivés de rêver d’emmener un jour les personnes que l’on aime dans nos endroits préférés. Fanny Chiarello nous transporte à la place de celle qu’elle aime, elle nous pose au plus près du cœur, pour que l’on en retienne tous les heurts, pour que Sarah, à la fin, émerge dans sa propre lumière. « Non, mon roman ne risquait pas de bouleverser ta sexualité, il n’aurait fait qu’atténuer le sentiment de solitude dont tu souffres. Je l’avais écrit pour ça. Pour que des jeunes ne pensent pas, comme je le croyais à leur âge, être les seuls homosexuels du bassin minier, sinon du monde. »

Virgine Mailles Viard

Le Sel de tes yeux, de Fanny Chiarello
Éditions de l’Olivier, 174 pages, 17

Le sel de tes yeux, de Fanny Chiarello Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°210 , février 2020.
LMDA papier n°210
6.50 €
LMDA PDF n°210
4.00 €