La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Révolte helvète

mars 2020 | Le Matricule des Anges n°211 | par Dominique Aussenac

En trois ouvrages lucides, amers, rebelles, Antoinette Rychner interroge notre responsabilité à habiter le monde.

Peu importe où nous sommes

Un premier ouvrage estomaque souvent. Ainsi Le Prix (Buchet-Chastel, 2015), entre imaginaire surréaliste et réalité triviale, évoque la quête de reconnaissance effrénée d’un sculpteur qui, à partir de matières organiques tirées de son nombril, enfante des créatures étranges, des Ropfs. Au bord de la folie, il ne cesse de se poser des questions sur son travail de création, sa famille et sa paternité. Antoinette Rychner avait là frappé très fort. Née en 1979 à Neuchâtel, passée par les arts du spectacle, elle est aujourd’hui l’auteure de six œuvres théâtrales, quatre récits et deux romans. En 2015, elle s’attelle à l’écriture de Pièces de guerre en Suisse, œuvre métabolique constituée de très vifs monologues, dialogues, chroniques, listes… Claire, véhémente, elle énonce ses préoccupations de citoyenne en prise aux pestes contemporaines : peine de mort, racisme, violence faite aux femmes, aux migrants, fascisme rampant… Et remet en question avec finesse et humour la neutralité de son pays. En parallèle, elle commence l’écriture d’un roman-opéra post-apocalyptique et éco-féministe. Après le monde conte la destruction de nos sociétés à la suite d’immenses incendies. Les assurances ne pouvant régler les dommages, un effet domino entraîne catastrophes économiques et écologiques. Après l’effondrement des États, de nouvelles socialisations se mettent en place. Tout cela perçu par les yeux, les corps, les âmes de bardesses (aèdes au féminin) qui, au cœur de cette épopée à la fois barbare, hyperréaliste et utopique (Proudhon était presque suisse), recueillent un chant.
Trois ans plus tard, à la naissance de son deuxième enfant, l’auteure apprend que son aîné est atteint de leucémie d’où l’écriture de Peu importe où nous sommes. Un récit pudique, saisissant, dans lequel elle dit au nouveau-né toute sa culpabilité de ne pas avoir pu lui donner les soins et l’attention qu’il méritait. Écrivaine polymorphe, Antoinette Rychner surprend, bluffe autant par son cran, son punch que par sa créativité singulière, éclatante.

Antoinette Rychner, qu’est-ce qui vous fait écrire ?
Il y a beaucoup de réponses possibles, selon les périodes traversées et la nature des textes. Mais à l’origine de chacune de mes créations littéraires, il y a, je crois, la jouissance d’un état de concentration absolue, la recherche du stade où l’on perd la notion du temps. La lecture aussi peut induire une concentration parfaite, mais sans le même danger, défi, sans la densité d’une responsabilité totale.
Tout le reste (quête d’une œuvre à soi dans un champ littéraire préexistant, plaisir d’inventer un cosmos ou d’observer le réel, plaisir plastique, artisanal, intellectuel de la fabrication, moyen de faire apparaître une réalité, reconnaissance ou accomplissement de soi, partage public, vie promotionnelle d’un livre) peut se révéler immensément enrichissant, mais reste probablement de l’ordre de la motivation secondaire, du bénéfice collatéral.
JbrJ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°211
6.50 €
LMDA PDF n°211
2.00 €