La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Inland

mars 2020 | Le Matricule des Anges n°211 | par Julie Coutu

Réinventer le mythe du Far West en évitant les clichés, en transformant le western en une quête de l’ailleurs et de soi ni convenue, ni déjà vue. Téa Obreht s’y attache, dans cet Inland, quelque part du côté de l’Arizona, un peu avant le tournant du XXe siècle, quand les Indiens se font plus rares, les terres sauvages moins dépeuplées, la misère des pionniers toujours aussi criante. C’est qu’à marcher dans les pas de ceux qui font une Amérique en construction, on peut, on doit, se perdre, se retrouver, se questionner. C’est qu’à marcher vers l’ouest, il n’y a guère plus, guère mieux, que la cavalerie, les plaines infinies, la chaleur et la soif, les villes pas encore fantôme, et la promesse du chemin de fer. C’est ce que découvrent les deux personnages dont la voix se fait écho, Lurie, gamin des rues né à Mostar, enfant du Nouveau Monde, orphelin, petit voleur et meurtrier, et Nora, femme de pionnier, mère de trois garçons qui lui échappent, d’une fille morte il y a bien longtemps, condamnée à tenir d’une main de fer les quelques arpents de terre qui s’assoiffent à sa porte. Chacun leur tour, ils racontent. Lurie, son chameau pour unique confident, retrace le chemin d’une vie, de l’enfance à l’errance, ses amis, ses morts, ses (trop rares) apaisements. Nora, qu’on accompagne quelques heures seulement, ressasse ses souvenirs et se confie à cette enfant grandie imaginaire qui l’accompagne depuis tant d’années, plus réelle que les vivants.
Téa Obreht mélange réel et merveilleux, peuple les grandes plaines arides de fantômes. S’emparant de pans d’histoire méconnus, elle ancre cet univers dans un réel décalé : le Camel Corps, ressuscité, anime chameaux et chameliers sur les traces de bisons en fuite. La banalité du quotidien rencontre l’extraordinaire, l’Histoire vient surprendre là où on ne l’attendait pas. Le Grand Ouest se dévoile autrement. Il en sort plus dense, plus riche ; réinventé.
Julie Coutu

Inland de Téa Obreht
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Blandine Longre, Calmann-Lévy, 472 p., 21,90

Le Matricule des Anges n°211 , mars 2020.
LMDA papier n°211
6.50 €
LMDA PDF n°211
2.00 €