La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Au miroir du désastre et de la grâce

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Richard Blin

Au fil d’une prose qui sublime le parfum de la dynamique désirante, Bénédicte Heim explore la violence secrète de l’attraction sexuelle.

Tu fais pleurer tes fées marraines

De nouveau livre de Bénédicte Heim déborde d’ivresse tactile, de beauté fauve et de cruauté ensoleillée. Un livre qui se présente sous la forme d’une suite fragmentée mais continue de textes s’enlaçant selon la logique baroque de la volute, et selon les souvenirs, les élans d’osmose et le cheminement d’une femme, « Elle », qui navigue entre des hommes élus, découvre à leur contact, la fureur, la famine, la férocité et les sortilèges du désir et des orgasmes sauvages.
S’enchaînent ainsi, vus sous une multitude d’angles différents, un continuum éparpillé d’états, de situations, d’instants qui sont autant de champs de tensions mouvantes, de brasiers de sensations, de compénétrations de la chair et du verbe. On y suit notre « elle » dans sa façon de vivre l’altérité physique en se frottant à la peau, à la langue, aux silences et aux histoires des trois hommes entre lesquels elle évolue. Ils incarnent chacun une figure de l’agir, du pensable, une autre vie et une autre expérience, ce qui est pour « elle », une façon d’agrandir l’espace du désir, de multiplier des zones d’intensité à parcourir, de tripler les aires de plaisir au gré d’un parcours érotique alternant aimantation et séparation, cristallisation et dissémination.
Il y a « l’artiste », un homme fantasque qui « la régale de mille et une nuits récitatives », lui donne souvent l’impression de lui inventer un corps. « L’artiste lui a rouvert des champs où le blé prend feu, où le temps galope, immense pégase rouge, elle s’éploie, envol d’échassier, se love dans le vent qui se retourne sans cesse. L’artiste, son corps et sa parole, en grappe resserrée, entre sarcasme et vacarme. »
Il y a « l’amant perpétuel » avec la « chaleur que sans fin il fait mûrir », qui est là pour « assurer l’équilibre du sang », qui sait qu’avec « elle » aimer « est l’art de l’instant et une affaire thermique ». Il est « l’antipoison », le seul qui peut la tirer de ses chimères et celui qui lui permet de supporter les frasques du troisième élu : « l’homme ». Il est l’autre absolu « qui se dérobe à la prise et creuse un désir incendiaire ». Avec lui, c’est l’ouverture à l’inconnu, c’est la volonté d’aller « au fond de l’animal », « tous les sangs écorchés. Camisole de chair et feux léchés. » Jusqu’au risque de voir disparaître les frontières de l’identité à soi. « Foin du propre et du désinfecté, ils veulent du sale ensemble, des saveurs à tuyaux et tiroirs, du chaud, du frappé, qui prend à la gorge, de l’opulent pas soigné, en bataille, du dur comme la tubéreuse, comme de l’encens basculé en drame, ou tignasse férocement tirée. » Avec lui, elle connaît la saveur métallique de l’urgence, se laisse envahir par l’énigme d’un désir déflagrant qui l’entraîne en deçà du vouloir et du non-vouloir, et l’engage dans un au-delà de soi sans vérité.
Avec Tu fais pleurer tes fées marraines, ce sont les chemins de l’enfièvrement, toutes les nuances des attouchements, toute la duplicité sexuelle, les défonçages, les points de fétichisation et de jouissance des corps, que cartographie, qu’arpente et qu’ausculte Bénédicte Heim. La perversité candide, les jeux d’échanges créateurs qui se nouent entre innocence et expertise, tendresse et brutalité, vitesse et lenteur, elle les porte à la clarté de l’évidence perceptive. À l’entrelacement du recevoir et du donner, aux mouvements intérieurs que suscitent l’attendu et le désiré, au côté rotatoire et aux distorsions spiralées des sensations, elle accroche des mots qui ont le pouvoir d’ouvrir ou d’enclore le feu « qui lave » ou la volupté qui griffe. De donner voix à la dynamique désirante comme au don qui n’aliène pas. Une écriture qui semble obéir à un principe fulguratif mais cherche surtout à lier les mots à la trame la plus inaccessible de la chair et du sang. Qui cherche à atteindre l’obscur fondamental de tout désir. Qui sait capter, dans la suavité de raccourcis visionnaires et les aléas de « l’impossible rapport sexuel » – au sens lacanien – l’instant magique des corps qui s’abandonnent.
Une écriture à contre-mort, donc, qui chante le plaisir de goûter aux nudités lacérantes, de donner vie à l’expérience intérieure chère à Bataille, et qui vise à mettre au jour le dedans. Une mise à nu qui met en présence de ce qui excède toutes les raisons, qui célèbre ce « pays d’écarts » qu’est le corps. Qui donne réalité à l’inconnu de soi au travail dans la relation à l’autre. Qui enchâsse les résidus d’or de la jouissance dans la singularité d’un livre qui relève de l’évidence poétique.

Richard Blin


Tu fais pleurer tes fées marraines,
de Bénédicte Heim
Et le bruit de ses talons, 224 pages, 20

Au miroir du désastre et de la grâce Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €