La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Rendez-vous au paradis

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Virginie Mailles Viard

Mercedes Deambrosis creuse inlassablement le sillon de la guerre d’Espagne. Premier récit autobiographique de l’écrivaine, Rendez-vous au paradis oscille, de 1937 à nos jours, de l’abdication du roi à une chambre d’hôpital où gît la mère agonisante de la narratrice. Une mère pleine de haine et de colère envers ses filles. « Quand est-ce que cela a commencé ? cette détestation ? cette incapacité totale, absolue, d’aimer ? » s’interroge-t-elle, avant de dresser le couvert amer qui a servi de repas quotidien à ses grands-parents maternels : Merceditas, la grand-mère, pétrie de sa « pureté » de Catalane, craignant le « venin insidieux » de la république et supportant « le calvaire de son existence comme une épreuve envoyée par le Seigneur  ». Merceditas et Luis Munar donnent naissance à trois enfants, dont Mercedes, surnommée Guri. La famille va et vient, entre l’Espagne et les colonies – dans les territoires de Ceuta, où la caserne, véritable forteresse, est « plongée dans les chaudrons de l’enfer » – au gré des affectations du père militaire, et de l’avancée de la « terreur rouge  ». Malgré la victoire de Franco, l’Espagne ne sera pas plus clémente pour la famille Munar, devenue pour tous « une terre de désolation, où la vengeance, les dénonciations, la mise au pas de l’armée s’ajoutent à la misère et à la pénurie. » Le récit suit le parcours de vie de Guri, enfant dure et violente mais brillante, qui doit abandonner son rêve de faire son droit, pour que son frère puisse lui intégrer l’académie militaire… Sans qu’elle ne soit jamais nommée, on comprend vite que c’est elle, la mère de la narratrice, sur son lit d’hôpital. Ces scènes, courtes et tragiques, d’une mère traumatisant ses filles, sont comme un écho persistant à cette dictature qui brisa l’Espagne, foulant aux pieds cette république librement voulue par le peuple, cette république qui était arrivée un jour de printemps, quand les amandiers étaient en fleurs.

Virginie Mailles Viard

Rendez-vous au paradis, de Mercedes Deambrosis
Les éditions du Chemin de fer, 138 pages, 16

Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €